Transformation des OPCA au fil des réformes récentes : vers un nouveau modèle économique ?

Alors que les OPCO vont bientôt remplacer les OPCA, quel bilan peut-on faire des missions des OPCA de 2004 à 2014 ? Quel bilan en tirer pour les futurs OPCO ?

Sous la coordination de Gérard Podevin, Anne Moysan-Loisel, Nathalie Quintero, Carole Tuchszirer, et Delphine Beraud ont réalisé une étude sur la transformation des OPCA. Intitulée « Transformation des OPCA au fil des réformes récentes : vers un nouveau modèle économique ? », cette étude du Céreq vise à appréhender le glissement des métiers des OPCA, au travers du passage d’une mission de collecte et de gestion de la mutualisation des fonds de la formation professionnelle, à la construction d’une offre de services à forte valeur ajoutée.

La fin d’une obligation légale qui change la donne des OPCA

L’une des missions principales des OPCA était constituée par ce rôle de collecteur, marqué jusqu’alors par des contributions obligatoires versées par les entreprises au titre du plan de formation. La quasi-disparition de cette obligation pour un grand nombre d’entreprises (celles de plus de 50 salariés) ne s’est vue que partiellement compensée par les versements issus d’accords conventionnels de branche sur la formation dont la faiblesse est patente.

Le rapport souligne le fait que le moment de la collecte restait pour les OPCA un moment privilégié qui permet une prise de contact avec les entreprises, particulièrement dans les TPE. Cette collecte est aussi devenue un levier significatif pour inciter les entreprises à opérer des versements volontaires.

Dès lors, la recherche de compléments de financement (versements volontaires d’entreprises, et co-financements adossés à des dispositifs et des programmes de politiques publiques sur l’emploi et la formation) est alors devenue pour les OPCA un enjeu économique de premier ordre qui oriente leurs nouvelles stratégies.

Vers une offre de services plus individualisée pour les OPCA ?

L’offre de services des OPCA se déploie autour de 4 dimensions :

  • l’information, la communication et les actions de promotion de la formation
  • l’analyse des besoins et les diagnostics RH d’entreprise
  • les études et la prospective des métiers à travers les observatoires gérés par les OPCA ;
  • la mise en œuvre des dispositifs de formation de droit commun, leur combinaison et leur agencement, et celle de dispositifs de GPEC et de GPEC-Territoriale.

Les nouvelles missions des OPCA se déploient selon les dynamiques suivantes :

  • développement de la formation continue et de l’apprentissage par des activités d’information,
  • sensibilisation et accompagnement dans l’analyse et la définition des besoins des entreprises. de diagnostic sur les compétences et les qualifications mobilisables,
  • identification des besoins individuels et collectifs, en prenant en compte notamment les objectifs définis par les accords de GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences).
  • s’assurer de la qualité des formations dispensées.

Pour cela, les OPCA se sont dotés de nouvelles organisations fonctionnelles pour construire leurs interventions auprès des entreprises et réorienter les contenus de leur offre afin de garantir à l’adhérent un appui individualisé. On assiste à une transformation des relations entre OPCA et entreprises :

« les contrats et relations de gré à gré se multiplient, les OPCA étant devenu des fournisseurs de services et ensemblier de dispositifs multiples. »

Relation OPCA-TPE : une grande marge de progression possible… à méditer pour les futurs OPCO !

En 2015, l’adoption du « plan TPE » prévoyait d’affecter 20 % des ressources du fonds paritaire aux OPCA, à charge pour eux d’inciter les établissements de moins de 11 salariés à former davantage leur personnel.

Toutefois, dans la plupart des cas, le rapport souligne la méconnaissance des TPE de l’offre de services dont elles pourraient bénéficier. Les entreprises qui entretiennent des liens avec les OPCA le font souvent une fois les actions de formation déjà financées en vue d’en obtenir le remboursement.

Bon à savoir : le mode de communication est un facteur de mésentente entre les PME et les OPCA. Si les OPCA misent sur la digitalisation et la dématérisalisation des échanges, les PME souhaitent une relation de proximité, de terrain.

Consultez le rapport dans son intégralité :

http://www.cereq.fr/publications/Transformation-des-OPCA-au-fil-des-reformes

Tout savoir sur les Opérateurs de Compétences – OPCO

Sandrine

Spécialiste des politiques d'emploi et de formation. Ancienne chef de projet éditorial du Carif IDF puis Responsable Com' Multimédia de Défi métiers.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je souhaite me former en Anglais, Espagnol, Allemand…

Je souhaite une formation en bureautique, CACES, Permis…

Je suis une entreprise et souhaite former mes équipes

Je ne souhaite pas me former