Quel avenir pour la formation professionnelle en France ?

Sandrine

Spécialiste des politiques d'emploi et de formation. Ancienne chef de projet éditorial du Carif IDF puis Responsable Com' Multimédia de Défi métiers. En savoir plus sur l'auteur de cet article

1 réponse

  1. Didier Cozin dit :

    ” 900 h le nombre d’heures capitalisables par les publics non qualifiés” Ridicule. Les salariés qui réalisent des travaux d’exécution ne parviennent même pas à partir 20 h par an.
    Pourquoi pas 9 000 heures pendant qu’on y est ? mais il faudra nous expliquer en quoi refaire l’école permettra de faire progresser des adultes (qui n’ont en général pas la moindre envie d’y retourner).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *