Interview du premier Français à bénéficier du CPF

Suite à l’article du site Actualite-de-la-formation.fr intitulé Loïc Gahinet, premier bénéficiaire en titre du compte personnel de formation, nous avons voulu rencontrer et vous présenter ce jeune homme fort sympathique qui sans le savoir donne un espoir à toutes les personnes qui ont un dossier en cours de validation dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle si difficile à mettre en place.

Le contenu de la vidéo a été sous-titré afin d’en augmenter l’accessibilité, cliquez sur CC pour le voir apparaître dans la vidéo et retrouver l’échange ci-après :

Interview Loic Gahinet

Arnaud : Bonjour Loic, Comment allez-vous ?

Loic : Bonjour ça va très bien et vous ?

Arnaud : Super!
Merci d’avoir accepté de passer un petit peu de temps avec nous pour répondre à nos questions.

Loic : De rien

Arnaud : Est-ce que vous savez que vous êtes en quelque sorte un symbole pour le gouvernement et pour tous les français grâce à votre premier CPF ?

Loic : Je l’ai appris au fur et à mesure, déjà grâce à ma DRH qui m’a prévenu et aussi par quelques articles parus sur Internet.

Arnaud : Exactement, donc en fait vous êtes le premier à utiliser le CPF. Le CPF c’est une réforme, comme vous l’avez compris, très importante. Le DIF n’existe plus. On est passé au CPF. C’est assez compliqué à mettre en place comme réforme mais je pense qu’il y a beaucoup de gens qui comme nous, CPFormation, sont très positifs et ont envie de voir cette reforme réussir. Du coup, le fait de voir votre dossier validé par le FAFIEC prouve que c’est le début d’une nouvelle ère. Je voulais savoir si vous en aviez conscience.

Loic : Oui tout fait. Après, moi, je fais ça dans un but vraiment personnel et non pas pour avoir une résonance quelconque mais c’est vrai que si ça peut donner de l’espoir aux gens tant mieux.

Arnaud : Absolument, c’est important, c’est clair que vous n’avez pas fait ça pour la célébrité, on en est complètement conscient mais comme vous dites, c’est important que les gens se disent que c’est faisable, c’est réalisable au lieu de voir du noir. On a toujours tendance à vouloir aller vers le positif.

Loic : Tout à fait parce que ce n’est pas si difficile que ça à faire.

Arnaud : Justement ! Racontez nous un peu. Déjà, est-ce que vous aviez fait des démarches à l’époque du DIF ou pas ? Ou c’est la première formation que vous faites ?

Loic : Non, j’en ai fait à l’époque du DIF.  J’avais fait un bilan de compétences.

Arnaud : D’accord, donc déjà le bilan de compétences n’existe plus avec le CPF. Vous aviez fait un bilan de compétences et c’était facile,  ça s’est bien passé ?

Loic : Oui c’était facile à faire en soi. Je n’avais pas eu de problèmes. Ensuite, par rapport à mon parcours professionnel qui est assez atypique on va dire, j’ai eu comme conseil de faire un VAE et donc c’est tombé en cette période.

Arnaud : La démarche, vous l’avez commencer en 2014 ? ou en 2015 ?

Loic : Fin 2014

Arnaud : Ok d’accord et comment ça s’est passé ? Vous avez appelé votre OPCA ou autre chose ?

Loic : J’ai commencé les recherches moi-même sur Internet parce que c’est vrai qu’on peut trouver pas mal de choses maintenant grâce à la documentation. J’ai suivi un peu toutes les démarches qui étaient indiquées. J’ai eu des premières réunions d’informations VAE obligatoires que j’ai effectuées. Ensuite, j’ai eu un entretien d’opportunités avec une conseillère d’orientation entre guillemets et à la suite de ça j’ai contacté ma DRH pour savoir si c’était possible et si elle me donnait son accord.

Arnaud : Elle n’était pas un peu perdue avec le passage au CPF ?

Loic : Oui et Non. En fait, ce qui était bien c’est qu’elle s’est tout de suite sentie concernée et ça m’a beaucoup aidé. Elle s’est beaucoup renseigner auprès du FAFIEC, auprès de l’ENI Saint Herblain qui est une école d’informatique et donc ils ont pu dialogué ensemble et finalement tout s’est monté en symbiose je dirais…

Arnaud : Oui c’est hyper intéressant pour la DRH d’avoir un premier dossier parce que c’est riche en informations de pouvoir déblayer un peu en tout cas.
D’accord, donc justement cette formation c’est quoi alors ? Parlez nous du contenu de la formation.

Loic : Alors en fait moi c’est une VAE.

Arnaud : Très bien c’est la mise en place des acquis que vous avez pour avoir le diplôme. Ce diplôme ça va être quoi ?

Loic : C’est un diplôme de technicien supérieur en informatique donc un BTS

Arnaud : D’accord. Et ça va être combien d’heures ?

Loic : J’ai 17 heures avec l’ENI, l’école d’informatique et après le travail personnel n’est pas compter ça dépends de chacun.

Arnaud : Mais c’est quand même important ça. Le travail personnel, est-ce que ça va être sous forme de « Mooc » parce que je suppose que si vous faites cette VAE c’est que d’ores et déjà vous avez beaucoup d’expérience en informatique. Indirectement vous vous êtes formé en informatique en mettant en pratique. Et là on va validé ça avec 17h ce qui est tout de même assez peu. Donc c’est quand même vachement pratique et à côté, est-ce qu’il vont vous donner du contenu ou c’est à vous de continuer de travailler. Comment ça se passe ?

Loic : Je pense qu’il y aura les deux. Après je vais avoir mon premier rendez-vous avec l’école le 19 février.

Arnaud : On prendra des nouvelles

Loic : Mais bon je pense qu’il va y avoir un peu des deux, des directives à suivre biensûr mais aussi du travail personnel de ma part

Arnaud : Je pense effectivement que se sera soit un « Mooc » soit des exercices ou des choses en ligne mais effectivement il y a des chances qu’en plus des 17 heures il y ait du contenu.
Ok d’accord je vois très bien !

Et vous, en terme de dossier est-ce que vous êtes inscrit sur moncompteformation.gouv.fr ?

Loic : Tout à fait

Arnaud : D’accord, et vous l’avez fait tout seul ?

Loic : Oui

Arnaud : Et vous n’avez pas eu de problèmes à vous inscrire jusqu’au bout ?

Loic : Non c’était relativement facile

Arnaud : Je sais que bon parfois il y a des gens, pas vous en même temps vous faites un VAE sur l’informatique donc…

Loic : Oui c’est vrai ! Mais ça reste quand même assez intuitif

Arnaud : Oui j’ai trouvé aussi, on a testé, on a fait un tuto pour aider les gens mais c’est vrai que l’intuitivité n’est pas la même pour vous et pour moi ou pour quelqu’un d’autre par exemple.

Loic : Mais il y a quand même des vidéos sur le site qui expliquent comment et c’est clair quand même…

Arnaud : Donc les tutoriels ça vous a aidé ?

Loic : Oui exactement j’ai tout regardé.

Arnaud : D’accord ok super. Donc il n’y a pas eu de problèmes au niveau de l’inscription. Est-ce que la FAFIEC vous a aidé à titre personnel. Est-ce que vous avez un conseil, une personne que vous avez envie de mettre en avant qui vous a aidé au FAFIEC ou pas forcement le FAFIEC ?

Loic : Alors je n’ai pas eu de contact direct avec le FAFIEC. C’est vrai que la partie administrative c’était essentiellement ma DRH qui s’en est occupée.

Arnaud : En fait c’est votre entreprise et la DRH qui a pris votre dossier à cœur et qui s’est battue finalement pour le faire passer. Et justement ces 17 heures là, vous allez les faire pendant le temps de travail ou hors temps de travail ?

Loic : Pendant le temps de travail.

Arnaud : Ah donc ils sont quand même cool votre entreprise.

Loic : Je sais pas si ils sont cool.

Arnaud : Ils sont quand même un peu cool. Indirectement ils ont accepté ça et c’est sympa. Je dis pas que les autres entreprises ne sont pas sympas. Je ne juge pas mais je me dis bon ils reconnaissent les compétences, ils vous accompagnent, ils font les démarches avec vous et ils acceptent les 17h, je pense qu’ils sont plutôt cools.

Loic : Oui après c’est vrai que je n’ai pas à me plaindre. Je suis vraiment content de la façon dont ça s’est fait et c’est vrai que ça a été assez rapide. Ma DRH elle a vraiment bien travailler là-dessus.

Arnaud : Mais c’est aussi pour ça qu’on vous interview et qu’il y a eu des articles et que l’on va en faire un. C’est que ça fait honnêtement un mois que le CPF est arrivé et c’est très rapide pour la validation donc c’est bien !
C’est clair que si on pouvait avoir des dossiers sur tous les organismes de formations et les écoles on serait ravi ! C’est le but, se sera peut être comme ça plus tard. Pour l’instant ça ne l’est pas, le marché de la formation souffre un peu du passage au CPF mais vous êtes un espoir et je pense que ça va continuer et c’est très bien.

Loic : Après mon dossier était bien préparé. J’avais bien préparé tous les points un à un, tous les papiers, tous remplis… J’avais bien listé tout ce que j’avais à remplir. Donc moi je suis arrivé devant ma DRH avec tout le dossier qui était prêt. Il ne lui rester plus que la partie administrative à faire donc finalement c’est peut être ça qui a fait que c’est aller plus vite.

Arnaud : Comment vous avez trouver l’école ?

Loic : Sur Internet, en cherchant « VAE » ; « VAE informatique » les diplômes, il y a pas mal d’indications donc en prenant un peu de temps et de la patience on arrive par trouver.
Après il faut appeler, j’ai été voir une autre école, l’AFPA et de moi même j’ai remarqué que ça ne me correspondait pas très bien. Les personnes nous conseillent vraiment bien donc ça aide beaucoup pendant la recherche.

Arnaud : Donc vous aviez entrepris les démarches pour passer ce VAE sans même savoir qu’il y avait cette réforme de la formation et c’est peut être mieux parce que ça aurait pu vous faire peur tous ces changements. Vous l’avez fait sans le savoir et ce jusqu’à la validation.

Loic : J’ai pas fait attention à ça et pour moi c’était transparent

Arnaud : C’est ça qui est bien, ça veut dire que ça a été suffisamment bien fait pour que les gens ne s’en rendent presque pas compte et qu’il puissent s’inscrire en ligne, qu’ils fassent leur dossier. Enfin en tout cas les gens, quand je dis les gens c’est au moins ceux qui sont fort en informatique et qui sont consciencieux puisque le conseil que vous avez donner c’est de bien se renseigner.

Loic : Voila il faut prendre les choses en mains quand même, ça ne se fait pas tout seul et il faut un minimum de conscience, de motivation et d’envie pas de professionnalisme mais un peu parce que c’est quand même en rapport avec le travail faut quand même y mettre du sien.

Arnaud : C’est un peu l’idée de la réforme d’ailleurs, je sais pas si vous avez vu ça le Compte Personnel de Formation est un compte qui est attaché à la personne, c’est quelque chose que l’on répète souvent mais c’est vrai que ça a du sens et ça a de l’écho dans ce que vous dites. C’est cette personne qui doit faire un maximum de démarches. Il faut vraiment être motivé, faire les recherches, constituer le dossier, j’entends votre conseil et je le trouve judicieux. Donc il faut dire aux gens d’être bien organisés et d’y croire, de constituer les éléments du dossier et d’appeler les écoles même ou les organismes de formations

Loic : Justement quand on s’y intéresse il ne faut pas avoir peur d’appeler, il faut demander des conseils à droite à gauche, se renseigner sur Internet.

Arnaud : Et dans le dossier vous aviez une école ou deux écoles ? Vous aviez mis une école en compétition ou vous aviez choisi une des deux et dans le dossier vous l’aviez mis ?

Loic : J’en ai choisis une des deux que j’ai mis dans le dossier.

Arnaud : Ça c’est important pour savoir si il est nécessaire d’avoir deux devis ou non parce que je sais, par exemple, que dans le milieu de la formation chez Pole Emploi, ils demandent à avoir plusieurs devis d’organismes.

Loic : Moi ce n’était pas le cas mais peut être que c’est compris dans le budget.

Arnaud : Oui les budgets des CPF sont pour l’instant toujours opaques. Le but étant, d’après ce que j’ai compris, d’après ce que nous avons compris, d’accompagner les personnes quelque soit le budget le but étant de faire en sorte que cette formation ait lieu et donc de ne pas trop frustrer les montants.
Ok bah écoutez est-ce que vous avez un dernier conseil ? Moi j’ai bien compris vos conseils et je pense que c’est assez clair. Est ce que vous avez un dernier mot à donner aux gens qui nous regardent sur la vidéo ou qui vont lire l’article.

Loic : Moi, je dirais qu’il ne faut vraiment pas se décourager et que si on a envie de faire les choses, il faut vraiment les faire. Il ne faut pas les faire à moitié et c’est ça qui est très important. Il faut aller jusqu’au bout dans un pays ou le marché du travail est assez compliqué. Si on peut avoir l’opportunité de faire une formation ou des validations de diplômes je pense que c’est important de les faire même si ça prend du temps et que c’est un peu difficile je pense qu’au bout on est toujours gagnant.

Arnaud : C’est un super discours, moi j’aime beaucoup, je pense que c’est la raison pour laquelle on voulait vous interviewer, c’est pour ce message la, un message positif et je pense que les gens qui l’entendront et qui sont dans cette situation ça pourra les aider à avoir envie de faire le même parcours.

Je vous remercie !

Loic : Il n’y a pas de problèmes.

Arnaud : Au revoir.

Loic : Merci au revoir.

Arnaud

Web Entrepreneur, Co-fondateur de @Lingueo - Chroniqueur @BFMBusiness et Rédacteur en chef @CPFormation #EdTech #Formpro En savoir plus sur l'auteur de cet article

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je souhaite me former en Anglais, Espagnol, Allemand…

Je souhaite une formation en bureautique, CACES, Permis…

Je suis une entreprise et souhaite former mes équipes

Je ne souhaite pas me former