Interview d’Alain Ragot, dirigeant de RHEXIS

ragot

Alain Ragot, dirigeant de RHEXIS

Fondateur et dirigeant de RHEXIS, société dédiée à l’externalisation de la gestion de la formation, Alain Ragot est un spécialiste reconnu du domaine. Diplômé de Harvard et de NEOMA Business School, il est également intervenant au Crefop et directeur de la publication du blog que nous lisons tous : Management de la formation.

Bonjour Mr Ragot, pourriez-vous vous présenter plus en détail, ainsi que votre société ?

Après un parcours significatif dans les métiers du service et de l’outsourcing RH, notamment à des postes de direction générale chez un leader mondial du secteur, j’ai décidé de créer RHEXIS en 2008. J’ai choisi de me positionner sur le marché, à l’époque très peu développé, de l’externalisation de la gestion administrative de la formation des salariés.

Nous avons connu assez vite une forte croissance, qui atteint aujourd’hui 30%. Nos clients sont, pour beaucoup, de grandes sociétés, comme Volkswagen, Petit Bateau, Aon France, Primagaz…

La philosophie de RHEXIS se fonde d’abord sur une volonté de suivre nos clients dans la durée, de les accompagner dans leur transformation. Cela suppose une grande expertise du métier, mais aussi une ouverture à l’innovation numérique, et bien sûr un sens aiguisé du service.

Pour y parvenir, nous cherchons à modéliser tout ce qui peut l’être, tout ce que le client ne voit pas, de manière à pouvoir personnaliser tout ce qui l’impacte directement. Avoir développé des outils modélisés performants nous permet de consacrer d’autant plus de ressources à répondre aux spécificités de chacun.

Rentrons dans le concret : à quel problème de vos clients répondez-vous ?

Nous libérons l’entreprise des tâches les plus chronophages de la gestion administrative de la formation

Dans un premier temps, nous libérons l’entreprise des tâches les plus chronophages de la gestion administrative de la formation : la relation avec l’Opca, le suivi des dossiers, l’organisation des formations – logistique, planification, gestion des groupes et du calendrier… Jusqu’au règlement des factures aux organismes de formation, si le client le souhaite.

L’objectif est de permettre à l’entreprise de dédier les ressources internes de sa DRH à des missions à plus forte valeur ajoutée. C’est le premier bénéfice de l’externalisation.

Mais avec certains clients, la relation de partenariat se développe davantage : il s’agit d’entreprises qui éprouvent le besoin d’un accompagnement plus approfondi, sur la conception de la politique de formation, l’élaboration du plan de formation, le recueil des besoins, le sourcing, la gestion des achats de formation… Notre expertise nous permet d’intervenir efficacement sur tout ou partie de ces domaines.

Avez-vous constaté un changement de comportement chez vos clients suite à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle ?

les budgets de formation ne se sont pas effondrés

D’un point de vue technique, on remarque que certaines entreprises qui avaient pour habitude de faire des versements aux Opca pour le plan de formation le font moins. Mais globalement, les budgets de formation ne se sont pas effondrés. Certaines entreprises ont réduit la voilure sur cette fonction, sans que l’on puisse affirmer que la réforme en soit la cause. D’autres ont maintenu leurs dépenses, voire les ont augmentées.

Ce qui change, et devrait changer davantage à l’avenir, c’est le rapport à la dépense de formation. La notion d’imputabilité a moins d’importance dans le nouveau système, même si elle garde une pertinence sur les formations financées par les Opca. De ce fait, la réforme ouvre aux responsables formation un espace de liberté et de créativité au sein de l’entreprise.

Y a-t-il des nouvelles formations qui sont apparues et d’autres qui sont moins populaires ?

Pour ce qui est des types de pédagogie, les entreprises sont de plus en plus tentées par le multimodal, le blended, le elearning. La réforme joue dans ce sens, en favorisant la logique d’investissement au détriment de la logique de dépense. Les entreprises sont attirées à la fois par la perspective d’un moindre coût (en temps d’absence et en argent), mais aussi par les gains d’efficacité associés à ces modes de formation lorsqu’ils sont bien utilisés.

les clients s’emparent du CPF, principalement pour financer des formations en langues et en bureautique

On voit aussi que les clients s’emparent du CPF, principalement pour financer des formations en langues et en bureautique. Il est trop tôt pour savoir si le mouvement sera durable. Mais force est de constater que certaines entreprises ont bien réagi, et ont parfois complété massivement le financement de ces prestations par le biais du plan de formation.

L’externalisation de la formation et de sa gestion a selon nous un très bel avenir. Comment voyez-vous votre secteur évoluer dans les prochaines années ?

On observe effectivement une dynamique très positive sur ce marché, et ce malgré la «simplification» annoncée dans le cadre de la réforme. Pour le moment, la volonté de simplifier le système ne semble en effet pas très clairement perçue par les responsables de formation. C’était en tout cas l’avis de près de 4 RF sur 5 parmi ceux que nous avons interrogés pour notre baromètre d’avril dernier.

Et la réforme a aussi créé d’autres attentes. Les entreprises vont davantage rechercher la performance dans leurs investissements de formation ; le responsable formation aura vocation à interagir davantage avec les managers, pour répondre toujours plus opérationnellement à des besoins précis et mesurables. Notre rôle d’expert en ingénierie de formation va donc probablement se développer, au-delà de l’externalisation de la simple dimension administrative. Pour le recueil des besoins de formation, l’accompagnement, le suivi, voire l’évaluation…, il est vraisemblable que nous allons rencontrer une demande croissante.

Une autre tendance se fait jour, qui pourrait un peu paradoxalement favoriser notre marché. Les grandes entreprises internationales déploient de plus en plus souvent d’ambitieux projets de LMS (Learning Management Systems) pour améliorer l’efficacité de leurs politiques de formation. Ces plates-formes apportent des solutions, mais aussi beaucoup de complexité ; les prestataires d’externalisation peuvent y apporter une réponse, à condition d’être capables d’articuler leurs outils avec le LMS du client.

les systèmes de formation des entreprises sont perçus comme de plus en plus stratégiques

D’une façon générale, les systèmes de formation des entreprises sont perçus comme de plus en plus stratégiques, et vont connaître d’importantes transformations dans les années à venir. Les entreprises vont avoir besoin de prestataires d’externalisation de bon niveau, qui apportent leur savoir-faire, leur capacité d’innovation, leur expérience métier. Le marché a donc de beaux jours devant lui pour les acteurs qui seront à la hauteur ! 

Arnaud

Web Entrepreneur, Co-fondateur de @Lingueo - Chroniqueur @BFMBusiness et Rédacteur en chef @CPFormation #EdTech #Formpro En savoir plus sur l'auteur de cet article

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jean Jacques dit :

    Quand le besoin en support administratif et commercial est présent mais que le volume et la lisibilité de l’activité ne permettent pas d’embaucher, ce mode de fonctionnement présente de nombreux avantages lorsque l’on a trouvé le bon prestataire en assistance administrative externalisée.

  2. Jacques Arnaud dit :

    Pas mal comme interview. L’externalisation permet également à une entreprise de retrouver sa priorité. Quand il y a un département interne des ressources humaines, la direction devra peut-être passer un peu de temps à s’occuper des questions de ce service ; c’est autant de temps qui pourrait être mieux dépensé dans d’autres affaires plus lucratives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je souhaite me former en Anglais, Espagnol, Allemand…

Je ne souhaite pas une formation linguistique

Je suis une entreprise et souhaite former mes équipes

Je ne souhaite pas me former