Certificat CLÉA

 21 janvier 2016 : lancement officiel du certificat Cléa !

certificat-cléa

Certificat CléA

L’élévation du niveau de qualification de la population salariée française est essentielle pour sécuriser le parcours professionnel des personnes et développer la compétitivité des entreprises. Pour y contribuer, les partenaires sociaux ont créé la première certification interprofessionnelle baptisée « Certificat CléA ».
Cette certification valide l’ensemble des connaissances et compétences qu’un individu, quel que soit son métier ou son secteur professionnel, doit maîtriser totalement, afin de favoriser son employabilité et son accès à la formation professionnelle.

partenaires-sociaux

Les partenaires sociaux signent une première en France Le Certificat CLÉA®, un repère majeur d’employabilité

Dans un environnement économique en constante évolution et face à un marché du travail de plus en plus exigeant, la reconnaissance et l’élévation des compétences permettent aux salariés de sécuriser leur parcours professionnel et aux entreprises de développer leur compétitivité. Un constat qui a conduit les partenaires sociaux à élaborer la première certification interprofessionnelle.

CFDT

cfdtLaurent Berger, secrétaire général « Dans la situation économique actuelle, les personnes peu ou mal qualifiées subissent, plus que les autres, le chômage et la précarité. En soutenant CléA, la CFDT défend la certification d’un socle de connaissances et de compétences professionnelles identique pour tous. Ce nouvel outil recense les compétences que chacun possède, parfois sans le savoir, et lui permet de consolider celles qui sont insuffisamment maitrisées. Avec cette certification sur son CV, le salarié ou le demandeur d’emploi attestera de compétences transversales utiles lors d’une recherche d’emploi ou pour progresser dans son emploi. »

CFE-CGC

CFE-CGTCarole Couvert, présidente « La CFE-CGC défend depuis toujours une vision de la formation professionnelle qui doit assurer la sécurisation des parcours professionnels des individus. Nous nous réjouissons de la mise en œuvre de CléA, première certification interprofessionnelle créée par les partenaires sociaux, pour les salariés en activité et les demandeurs d’emploi. Le maintien dans l’emploi et la lutte contre le chômage doit être la priorité de tous. CléA est un signal fort envoyé par les partenaires sociaux, et notamment la CFE-CGC, de leur engagement en faveur des publics les plus fragiles pour renforcer les compétences des salariés et développer la compétitivité de nos entreprises. »

CFTC

CFTCPhilippe Louis, président « La CFTC se félicite de la naissance de la certification CléA. En effet, pour la CFTC, il est inconcevable de laisser des salariés en situation d’illettrisme. Pour ces personnes, qui ne possèdent pas un minimum de connaissances, l’accès à une formation est primordial afin de sécuriser leurs parcours de vie. Chaque personne doit maîtriser les fondamentaux de la certification CléA. Celle-ci présente aussi l’intérêt de répondre à une revendication émise par la CFTC dans son « Statut du travailleur » puis inscrite dans l’Accord national interprofessionnel du 7 janvier 2009 où « chaque personne puisse évoluer d’au moins un niveau de qualification au cours de sa carrière. »

CGPME

CGPMEFrançois Asselin, président « Devant le nombre grandissant de travailleurs non qualifiés, les patrons de PME/PMI ont besoin d’identifier leur employabilité, via leur degré de maîtrise des compétences de base. CléA – certification à laquelle la CGPME a apporté son soutien et une collaboration active – vient utilement compléter les outils déjà existants, sur le plan de l’illettrisme, ou dans certains dispositifs de branche ou interprofessionnels, en facilitant l’accès à des emplois, là où la maitrise complète d’un métier et la possession d’un diplôme ou d’un Certificat de qualification professionnelle (CQP) n’est pas indispensable à l’occupation d’un poste de travail. »

CGTCGT

Philippe Martinez, secrétaire général « CléA doit être un levier pour rendre visibles les acquis des actifs les moins qualifiés qui restent trop souvent peu ou pas reconnus. Son accès doit être considéré comme un dû pour tous. Cette certification doit être accessible à toute personne en activité, avec une prise en charge par l’entreprise, dans le cadre de son obligation d’adaptation au poste de travail, des formations potentiellement nécessaires. Notre pays ne souffre pas d’un manque de qualifications mais d’un manque de reconnaissance des qualifications. Si CléA contribue à valoriser les acquis des actifs, le paritarisme aura été utile. »

FO

FOJean-Claude Mailly, secrétaire général « Le certificat CléA représente désormais dans le Code du Travail LA référence en termes de certification des compétences professionnelles de base. Cette innovation est le fruit du travail des partenaires sociaux qui ont voulu faire de CléA un outil opérationnel pour tous sur tout le territoire, dans tous les secteurs d’activité. Pour FORCE OUVRIERE, il s’agit bien de valider ce que les personnes savent pour les emmener vers la certification en passant si besoin par la case formation. Le choix de baptiser cet outil « Certificat CléA » marque la volonté d’en faire la première clé vers la restauration de la confiance en soi et la sécurisation des parcours professionnels. »

MEDEF

MEDEFPierre Gattaz, président « Le MEDEF se réjouit de la naissance de CléA. Un socle de connaissances et de compétences professionnelles est ainsi défini et va contribuer, pour les salariés et les demandeurs d’emploi qui vont l’acquérir, à renforcer leur employabilité. Voilà quelque chose de concret, lisible pour les entreprises et les personnes ! Je souhaite que les formations accessibles aux demandeurs d’emploi prennent largement en compte CléA et que les entreprises s’en emparent. Je sais que nombre d’entre elles s’y préparent. Plus que jamais c’est en investissant dans la formation et la compétence de nos collaborateurs que nous multiplierons le nombre de « champions » parmi les entreprises françaises. »

UPA

UPAJean-Pierre Crouzet, président « Compétences clés ; savoir-faire fondamentaux ; socle de connaissances et de compétences professionnelles… tant d’expressions pour désigner le même objet. Aujourd’hui, avec CléA, nous devrions tous y voir plus clair ! Avec tous les partenaires sociaux, l’UPA partage l’idée que l’élévation du niveau de qualification des salariés français est indispensable pour sécuriser leurs parcours professionnels et pour développer l’activité des entreprises, de toutes les entreprises. Mais, il ne faudrait pas s’arrêter au remède. Il faut absolument obtenir que ces compétences fondamentales soient acquises dans le cadre de la scolarité et de la formation initiale. »

L’idée que les partenaires sociaux définissent un socle commun de connaissances et de compétences professionnelles est posée dans l’accord national interprofessionnel de 2009. Mais l’instauration d’un entretien professionnel et du compte personnel de formation, dans l’accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013, a permis d’aboutir à la définition du « socle de connaissances et de compétences professionnelles ».

L’Etat a reconnu la légitimité des partenaires sociaux en la matière et par le décret n° 2015-172 du 13 février 2015, il a confié au Comité Paritaire Interprofessionnel National pour l’Emploi et la Formation (COPANEF) la responsabilité de construire l’écosystème permettant de traduire ce socle en termes opérationnels.

Reconnu dans tous les secteurs et par tous les acteurs Ce vaste chantier, qui a impliqué de nombreux partenaires et pris en compte des réalités régionales très disparates, a abouti dans des délais très courts au lancement public du Certificat CléA, nom donné au socle de connaissances et de compétences professionnelles. Créé par le COPANEF, organisme garant de la certification, CléA concerne prioritairement quelque 3 à 4 millions d’actifs, salariés ou demandeurs d’emploi peu qualifiés. Fait remarquable : CléA est la première certification interprofessionnelle, élaborée de façon paritaire. Elle a une portée nationale, elle est reconnue dans tous les secteurs et par tous les acteurs. Son originalité est de construire une offre de formation très personnalisée, précédée et accompagnée par une évaluation qui couvre sept domaines de connaissances et de compétences. Ce large spectre est le garant d’une plus grande employabilité et doit faciliter l’évolution et la mobilité professionnelle.

Un accompagnement en quatre étapes Accessible par tous les dispositifs de la formation professionnelle (compte personnel de formation, période de professionnalisation, plan de formation…), CléA entend éviter l’écueil de la stigmatisation par la valorisation des compétences acquises et de l’engagement du candidat dans une démarche volontaire menée jusqu’à son terme. En certifiant « la maîtrise suffisante, dans tous les domaines concernés, pour évoluer dans son emploi ou en trouver un », l’objectif est bien de lever le soupçon d’inemployabilité qui peut peser sur les personnes les moins qualifiées. Concrètement, après avoir été informé et orienté vers CléA par un prescripteur (employeur, OPCA, Région, Pôle Emploi…), le salarié ou demandeur d’emploi est accompagné en quatre étapes vers la certification. Il est d’abord reçu individuellement et sans engagement de sa part par le conseiller d’un organisme évaluateur qui peut, si nécessaire et sur accord du potentiel bénéficiaire, ouvrir le dossier. Suit une phase d’évaluation qui permettra d’identifier les compétences détenues par la personne et de repérer d’éventuelles lacunes. C’est sur cette base que sera proposé, ou non, un parcours de formation individualisé, au plus près des besoins réels de la personne.

S’adapter et rebondir tout au long de la vie La certification, qui couvre obligatoirement la totalité des compétences des sept domaines précisés par le référentiel, est décernée par un jury composé à parité de représentants d’employeurs et de représentants de salariés. Unique et commun à tous les secteurs, le Certificat CléA permet à chacun de continuer à apprendre tout au long de son parcours professionnel, de manière à rebondir et à s’adapter aux évolutions dans tous les domaines.

« L’enjeu est de changer la culture de nos entreprises, conclut Christian Janin, Président du COPANEF. Miser sur le développement des compétences de chacun de ses salariés, c’est le reconnaître comme personne à part entière. C’est vraisemblablement obtenir qu’il « investisse » plus et mieux son travail et donc qu’il contribue à la compétitivité de l’entreprise. Je suis convaincu que CléA va devenir un véritable outil de gestion des parcours professionnels de nombreux salariés pour les entreprises qui s’en saisiront. »

mm

Simon

Digital Marketing Manager de Lingueo, Simon est le couteau suisse de l'entreprise. En savoir plus sur l'auteur de cet article

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Denise dit :

    Un VAE en somme.

  2. YAUMARA PASCUAL dit :

    Bonjour j’aimerais bien finance le formation gouvernante en hotellerie 2019/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous souhaitez vous former :

Formations en Anglais, Espagnol, Allemand…
Autres formations (Permis, CACES…)

Vous souhaitez former vos équipes :

Contactez-nous

Je ne souhaite pas me former