Application CPF : le parcours utilisateur

mm

Simon

Digital Marketing Manager de Lingueo, Simon est le couteau suisse de l'entreprise. En savoir plus sur l'auteur de cet article

10 réponses

  1. Olga Ladyjensk dit :

    Ah oui c’est inquiétant : Ils veulent créer un Booking sans les API qui vont avec ! Ils vont droit dans le mur. Y a t-il quelqu’un pour les prévenir et sont-ils prêt à l’entendre ?

  2. Nina B dit :

    Ces données ne servent à rien car elles représentent la situation actuelle et non la situation optimale que nous devrions avoir dans le monde de la formation. Elles sont la conséquence de lois non appliquées (comme celle de l’assiduité en formation) ou simplement la disparité des règles de prises en charges des OPCA qui ont pour conséquence (par exemple) qu’un échange avec les stagiaires est obligatoire. Concernant la signature électronique si elle est peu plébiscitée (- de 10%) c’est aussi qu’elle n’est pas acceptée par les financeurs actuels. Les attestations de présence sont aussi transmises selon les exigences des financeurs actuels…
    La caisse des dépôts va-t-elle enfin créer une APP qui permette aux entreprises de formation d’accompagner les utilisateurs comme il se doit ? A en lire le site de la caisse, non ils ne se posent pas les bonnes questions et cela risque même d’être pire car comme il est expliqué : les factures se font à partir du devis initiale et donc en fin de formation. Aujourd’hui avec les OPCA on peut au moins facturer au fil de l’eau…
    Je ne parle même pas du problème des API dont parle @Olga qui est la base du bon fonctionnement d’une APP.

  3. Didier Cozin dit :

    Avec le CPF version 2014 on a eu droit à de ridicules improvisations de l’Etat (rappelons nous ces formations éligibles dans une région mais pas dans une autre, cette formation de gardien de troupeau éligible partout en France, ce diplôme d’Etat d’Ergothérapeute de 3 200 heures éligibles pour une hôtesse de caisse via son CPF). Avec E Macron on pouvait espérer que l’intelligibilité et la compétence reviendraient. Il n’en est rien. Les mêmes incompétents qui avaient écrit la réforme de 2014 ont écrit celle de 2018.
    Le pire reste à venir
    – un CPF monétisé à hauteur de 9 milliards par an face à 900 millions de cotisations
    – Des heures de DIF représentant de 7 à 15 milliards d’euros et pas un sou pour les réaliser avant fin 2020
    – une application magique pour CPF qui non seulement n’a aucune chance de fonctionner avant des années mais qui en plus ne servirait à rien car le CPF sans l’employeur est une plaisanterie comme nous l’avons constaté avec le DIF durant 10 ans.
    En France, en formation il est facile de prédire le pire, avec cette loi ridicule on frise l’incomplétude totale. Dans 5 ans si le Cereq et l’IGAS existent encore on comprendra pourquoi le pays a fait fausse route une nouvelle fois.

    • Nina B dit :

      Ce que l’on peut souhaiter pour la prochaine réforme : une grosse complexification et surtout pas de transition ! Ça produira peut-être comme toujours l’inverse 🙂

  4. Didier Cozin dit :

    Commentaires point par point

    1- (SALARIE) disposer du montant des droits au CPF : c’est faux, la somme inscrite sur le compte CPF est une extrapolation : si les fonds étaient là, si la CDC pouvait servir de banque à la formation, si en cotisant 1 on pouvait disposer de 10 chaque année, si les euros de formation n’étaient pas stockés, si chaque salarié ne se formait que 15 heures une fois tous les 20 ans…ça pourrait marcher
    2- (OF) j’accepte les CGU : on a connu en 2015 cela avec le site moncompteformation : des CGU de 120 pages que personne n’avait les moyens, le temps ni l’envie de lire.
    Cette fois les CGU concerneront les salariés (ils s’en foutent et ont pris l’habitude de valider des documents qu’ils ne lisent ni ne comprennent) mais aussi et surtout les OF et ceux-ci seront pieds et poings liés avec des conditions léonines (inspirées sans doute de l’URSS) : TVA à payer à l’Etat alors qu’elle n’est pas prise en compte par l’App de la CDC (les prix apparaîtront en net sans doute), distorsion de concurrence entre les OF non soumis à la TVA (en principe à but non lucratif) et les OF privés, acceptation de prise de tous les risques financiers : non versement de 30 % du montant de la commande, possibilité de changer d’avis pendant 15 jours pour le futur stagiaire, absence de règlement durant la formation (même si elle s’étale sur 6 mois) non paiement de la formation en cas d’absence, de manque d’assiduité, de non passage de la certification…
    3- (OF) je renseigne l’offre de formation éligible. La plus belle illusion. Pour que ça marche il faudrait que l’ensemble des OF qui travailleront sur le CPF (mettons la moitié des OF soit 30 000 OF) planifient et organisent pour l’année (ou le semestre au moins) des sessions de formation (en inter évidemment), qu’ils louent ou réservent des salles, qu’ils embauchent ou missionnent des formateurs, qu’ils préparent des supports, la restauration, l’accompagnement administratif…. sans être certain (du tout) que le moindre stagiaire (surtout si cela se passe loin d’une métropole) s’inscrira effectivement à la formation (et y viendra). Le tout pour un prix sans doute de 12,50 € ht de l’heure.
    En 2008 la Cour des Comptes estimait qu’une heure de DIF coûtait (salaires compris) 42 €, en 2018 le Ministère du travail a placé la barre à 15 € (TTC)
    Sachant que dans le plus vaste OF de France (l’éducation nationale) l’heure de formation revient à 10 € par élève, que cela se passe avec un public captif de 24 participants en moyenne, avec des locaux payés par la collectivité.
    Le prix minimum de revient aujourd’hui d’une heure de formation en présentiel est d’environ 25 € ht, le gouvernement et la CDC promettent 12,5 € pour des stagiaires qui ne viendront même pas (on ne se forme pas sans son employeur)
    Ce qui se passera est très simple à imaginer : les chômeurs seront envoyés en masse sur les formations CPF et on tentera (pas nous en tant qu’OF) de leur refaire l’école (sans guère de chance de succès)
    4- (SALARIE) j’ai accès à l’ensemble de l’offre de formation éligible. Faux, la formation CPF (comme DIF auparavant) c’est à 90 % de l’intra, des entreprises qui face à leurs besoins commande des formations adaptées à leurs métiers et à leurs salariés. Le CPF en inter est conçu comme une école pour adultes avec des cours accessibles partout en France. C’est un leurre, pour qu’il y ait formation il faut un projet professionnel, des échanges avec l’employeur (pas avec ce ridicule concept de CEP) et on va transformer la formation en école bis, sans les moyens mais qui permettra comme sous le quinquennat précédent de prétendre que le chômage baisse et le niveau (de conneries) monte.

    A suivre

  5. Didier Cozin dit :

    Suite. Passons au numéro 6
    l’OF réceptionnerait donc les demandes de formation. En un (ou 2) clics le salarié a commandé (ferme) sa formation. Sur son écran de 5 pouces Il a tout compris des contenus, des modalités, du temps que ça lui prendra, de sa responsabilité (engagée on suppose) s’il change d’avis … On peut donc penser à ce niveau (d’indécision et d’impréparation) que le simple clic (sans paiement) engagera l’OF et le salarié. En cas de désistement que nous réserverait la CDC : un mot d’excuse (des parents), un euro symbolique de dédommagement ou bien plus probablement le silence (“on s’en fout, on est payé 90 millions nous à la CDC”)
    10 : l’OF renseigne le service fait en ligne. Donc en 2 nouveaux clics l’OF explique que la formation a eu lieu, que la certification a été passée, que les preuves de la réalité de la formation sont là et qu’il est donc ok pour encaisser ses sous.
    12 : l’OF “se fait régler” par la CDC. On suppose qu’une facture (avec ou sans TVA ?) est émise, que des délais légaux courent pour son paiement, qu’en cas de dépassement des fonds CPF l’OF sera tout de même payé (mais sur quels fonds ?)

    On a beau être dans la formation on ne peut croire à de tels miracles en France et cette application miracle tiendra des villages Potemkine, un leurre destiné à épater quelques rares chalands mais qui laissera indifférents 99 % des travailleurs.

  6. Magali dit :

    “Lancement d’un tour des territoires pour tester les fonctionnalités de la plateforme et recueillir les attentes des organismes de formation et des usagers, à partir de mars 2019”
    Ou peut on trouver les renseignements concernant les dates et lieux de ce tour des territoires ?

  7. POISSON dit :

    Bonjour,

    J’ai des droits CPF, et je désirais savoir dans le cadre de commercial, j’ai demandé
    une formation sur la dématérialisation des marchés publics, je voulais savoir si
    celle-ci pouvait être pris par les droits CPF, et le plus très difficile d’avoir les éléments
    pour faire un dossier, un possible de téléphone, et si l’on pouvait me guider ou savoir
    après de qui, je peux m’adresser, merci de réponse.
    Cordialement
    JOELLE POISSON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *