5 propositions pour LIBERER LA FORMATION

mm

Simon

Digital Marketing Manager de Lingueo, Simon est le couteau suisse de l'entreprise. En savoir plus sur l'auteur de cet article

3 réponses

  1. cozin dit :

    Jamais la Gauche ne voudra admettre qu’elle s’est totalement fourvoyée avec ses partenaires sociaux et le décomptage d’heures de formation (une heure financée pour 24 h portées sur le CPF).
    On pourra tordre le CPF dans tous les sens, tenter de l’aligner sur le CIF, ou lui octroyer 0,5 % de la masse salariale (hors TPE on imagine) on ne sortira pas ainsi du marasme éducatif qui touche toute la formation depuis la “réforme” de 2014.
    Cette démarche de comptage d’heures de formation est totalement vaine, contre productive, couteuse en temps et en énergie pour tout le monde.

  2. Andrew dit :

    Si je comprends bien, cette proposition, si elle était adoptée, signifierait la fin des OPCA et des organismes publics et parapublics de formation? Et peut-être aussi de l’implication des branches et des régions dans la gouvernance du système?
    Autre question : le financement. Si on ouvre ainsi largement le CPF en rendant non obligatoire les parcours certifiés et en simplifiant les démarches, même avec une contribution accrue de 0,5% de la masse salariale de la part des entreprises, y aurait-il suffisamment de fonds pour répondre aux besoins?

  3. Vincent dit :

    Au stade où on en est, c’est un livre noir qu”il faudrait écrire. Et ce n’est pas le CPF superstar qui va sauver le secteur de la formation du marasme. J’aime bien ce : “Mettre un terme à toute subvention publique d’organisme réalisant des activités de conseil et de formation, y compris pour les personnes les plus éloignées de l’emploi.”, qui montre du doigt sans oser le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *