Plan de relance : quelle place pour la formation professionnelle ?

Sur les 100 milliards de subventions annoncés dans le cadre du Plan de Relance 2020, quelle part sera consacrée à la formation professionnelle ? Zoom sur les principales annonces en matière de formation pour les adultes.

Dans son message d’introduction du Plan de Relance, le Président de la République est solennel et le ton grave :

« Pour surmonter la crise la plus importante de notre Histoire moderne, pour éviter que ne s’installe le cancer du chômage de masse dont hélas, notre pays a trop longtemps souffert, nous décidons aujourd’hui d’investir massivement. 100 milliards, dont 40 milliards sont issus de financements obtenus de haute lutte auprès de l’Union européenne, seront ainsi injectés dans l’économie dans les mois qui viennent. »

(…)

« La France de 2030 enfin devra pouvoir compter sur des femmes et des hommes bien formés. France Relance investit donc massivement dans ce qui fait la richesse de notre Nation : l’humain. Plans de maintien de compétence pour ne pas perdre les savoir-faire dans les entreprises qui traversent des difficultés passagères, nouvelles formations pour les jeunes dans les secteurs d’avenir, programmes d’insertion par l’activité économique ou associative : France Relance, c’est un projet pour les Françaises et les Français ».

plan de relance : budget formation

Les points clés de #FranceRelance en matière de formation professionnelle

  • Poursuivre le déploiement du FNE-Formation,
  • Abonder les formations des métiers stratégiques de demain,
  • Digitaliser l’appareil de formation professionnel : contenus pédagogiques,
  • Digitaliser l’appareil de formation professionnel : formation à distance (FOAD),
  • France compétences et le financement de l’alternance,
  • Augmentation des moyens de Pôle emploi,
  • Dotation complémentaire allouée aux associations « Transitions pro » (ATpro) pour le financement des projets de transition professionnelle,
  • La reconversion ou promotion par alternance,
  • Revalorisation de la rémunération stagiaire formation professionnelle hors jeune,
  • Mobilisation du Fonds de cohésion sociale.

Zoom sur le FNE-Formation

Le FNE-Formation est un dispositif dédié à la formation des salariés placés en activité partielle ou en activité partielle de longue durée. Il consiste en une prise en charge par l’Etat d’une partie des coûts pédagogiques du projet de formation afin de faciliter la continuité de l’activité des salariés face aux transformations liées aux mutations économiques, et de favoriser leur adaptation à de nouveaux emplois en cas de changements professionnels dus à l’évolution technique ou à la modification des conditions de production.

En contrepartie de l’aide, les entreprises sont tenues de maintenir dans l’emploi les salariés pendant toute la durée de la formation.

Le nombre de salariés qui seront formés dans le cadre de ce dispositif est évalué à 250 000 en 2021.

Bon à savoir : le budget alloué s’élève à un milliard d’euros sur la période 2020-2021.

Abonder les formations des métiers stratégiques de demain

L’objectif de cette mesure est de renforcer les formations des métiers stratégiques de demain, en relation avec les branches professionnelles et en cohérence avec les priorités du plan de relance.

La mesure vise un abondement à 100 % du reste à charge d’un dossier de formation (estimation du coût moyen de 1 000 €) mobilisé dans le cadre d’un compte personnel de formation (CPF), si ces formations portent sur des secteurs stratégiques.

Exemples de projets  permettre l’abondement du CPF pour des formations dans les trois secteurs considérés comme stratégiques compris dans les PACTE régionaux : Numérique ; Transition écologique ; Secteurs industriels concernés par l’enjeu de souveraineté économique et de relocalisation de productions.

Une enveloppe de 25M€ sera allouée à ce dispositif (5 millions d’euros en 2020, 20 millions d’euros en 2021). L’objectif est de former ainsi 25 000 personnes d’ici fin 2021.

Un vaste plan de digitalisation de la formation

Le plan de relance prévoit un vaste plan de digitalisation de la formation :

« La crise a montré la faible digitalisation de la formation professionnelle (alors même que la digitalisation permet des modes d’apprentissage moins académiques, notamment via l’utilisation de la réalité virtuelle pour acquérir des gestes professionnels) mais aussi une fracture numérique qui exclut nombre de bénéficiaires potentiels. La transformation de la formation professionnelle constitue donc un enjeu social et économique. L’acculturation aux outils numériques acquise pendant la crise doit être poursuivi plus largement, afin d’une part de limiter le risque d’exclusion des moins qualifiés ou des territoires fragiles et d’autre part de moderniser la formation professionnelle. Ce plan de transformation est conçu comme un projet clé du ministère du Travail pour la fin du quinquennat afin de construire en matière de formation le monde de demain. »

Le Plan de digitalisation implique d’investir dans les mesures suivantes :

Généraliser l’équipement de tous les organismes de formation d’une plateforme digitale et mettre à disposition des organismes de formation et des CFA une solution de service publique ;

Concevoir des parcours de formation hybrides, appuyés par la création de modules digitaux, permettant notamment d’apprendre, grâce à la réalité virtuelle, des gestes professionnels en ligne, en priorité dans les filières stratégiques du Plan de relance. Ces modules digitaux seront mis à la disposition gratuitement des organismes de formation dans une logique de patrimoine commun.

En complément, il convient de développer et de labelliser un réseau de tiers lieux permettant de se former en proximité et mettant à disposition les outils digitaux, notamment de réalité virtuelle.

Une revalorisation de la rémunération des adultes en formation

La mesure prévoit :

  • Une revalorisation portant la rémunération de tous les stagiaires de plus de 25 ans révolus à 652,02 euros (hors personnes handicapées dont le barème n’est pas modifié),
  • L’instauration d’une prime de 150 € à l’entrée en formation.

Le coût de cette mesure s’élève à 106 M€.

15 milliards pour l’emploi et les compétences

Activité partielle et FNE-Formation :

  • 6,6 millards pour l’activité partielle
  • 1 millard pour le FNE sur les 16 prochains mois

Détail du “bouclier anti-licenciement” de la ministre du travail Elisabeth BORNE :

  • Investissement dans les compétences et la reconversion dont :
  • 270M€ supplémentaires pour la reconversion ou promotion par alternance (Pro-A)
  • 100M€ supplémentaires pour le CPF de transition professionnelle
  • 25M€ pour abonder le CPF (1000€/personne) pour s’orienter vers les métiers porteurs
  • 100M€ à la revalorisation de la rémunération des demandeurs d’emploi en formation et à l’instauration d’une prime d’entrée en formation
  • 250M€ millions d’euros pour recruter 1 500 conseillers Pôle emploi

Ce qui s’ajoute à :

Et vous, quels points avez-vous retenus en matière de formation dans ce Plan de Relance ? Auriez-vous souhaité d’autres mesures pour favoriser la formation professionnelle ?

Sandrine

Spécialiste des politiques d'emploi et de formation. Ancienne chef de projet éditorial du Carif IDF puis Responsable Com' Multimédia de Défi métiers. En savoir plus sur l'auteur de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *