Pourquoi faut-il monétiser la formation professionnelle ?

La formation professionnelle continue, sujet compliqué ou complexe ?

La formation professionnelle continue est une obligation légale depuis 1971. Elle a pour but d’assurer aux salariés, employés ou demandeurs d’emploi, une formation destinée à conforter, améliorer ou acquérir des connaissances professionnelles.

Selon l’article L6111-1 du Code du travail, “la formation professionnelle tout au long de la vie constitue une obligation nationale”. Elle comporte une formation initiale et des formations ultérieures destinées aux adultes et aux jeunes déjà engagés dans la vie active ou qui s’y engagent. Ces formations ultérieures constituent la formation professionnelle continue.

Les financements

La formation professionnelle regroupe l’ensemble des formations qui font appel à des financements autre que le financement personnel. Il existe différents types de financement.

Les plus connus sont le plan de formation, quand l’entreprise paye des formations à ses salariés, et les financement Pôle emploi qu’on appelle souvent AIF (Aide Individuel à la Formation) et le fameux CPF (Compte Personnel de Formation) qui est la colonne vertébrale de ce site et qui peut être mobilisé par un demandeur d’emploi comme par un salarié de manière autonome.

Les financeurs

Les financeurs peuvent être l’Etat, les entreprises, les régions, des OPCA le FPSPP… Chaque financeur monnaie différemment une heure de formation.

Conversation entre un titulaire d’un CPF et différents financeurs

Conversation entre un titulaire d’un CPF et différents financeurs

 

Par définition, la formation est donc bien un système complexe, tiré du latin « complecti », qui évoque le fait de comprendre plusieurs parties, ça n’est pas pour autant compliqué, de « complicatus » : qui évoque le fait d’être confus.

Il ne faut donc pas simplifier mais dé-complexifier la formation dans le but de la rendre lisible : compréhensible de tous si l’on souhaite la rendre accessible !

Vous me suivez ? 😉

Aller plus loin :

 

Comment dé-complexifier le Compte Personnel de Formation

“ Incrémenter le CPF en heures de formation est la solution complexe au problème simple de savoir quelle formation le titulaire peut effectuer”

 

Pour un message efficace, l’importance des bons mots

Un des moyens simple pour un message clair est d’employer le mot précis. Un exemple de ce qu’il ne faut pas faire : sur le site  moncompteformation.gouv.fr, on propose au titulaire de “rechercher une formation” alors qu’ils “recherchent une certification”…

recherch-formation

Conséquence : le moteur de recherche n’est pas utilisable, si vous tapez cours d’anglais il vous affiche un message d’erreur : “Aucune formation éligibles”. Pour ceux qui parviennent à aller plus loin, ils seront rapidement perdus par la complexité de ce site et des messages contradictoires.

recherch-formation1

 

Chaque semaine nous recevons des emails de stagiaires qui nous demandent les coordonnées du COPANEF afin de commencer leur formation Cléa confondant la structure qui a rendu la formation éligible et l’organisme de formation mais cela est-il si étonnant…

Pas étonnant non plus que le titulaire ne comprenne pas pourquoi il ne peut pas trouver sur le site l’organisme de formation qui dispense la certification qu’il a choisi. Si vous nous suivez, vous devez arriver à la conclusion simple que ce site n’est pas complexe mais compliqué et qu’il y a urgence de le simplifier !

Il y a différentes manières de comprendre ou d’expliquer un sujet complexe. Celle que je préfère est la comparaison à une problématique du quotidien.

Comparer pour mieux comprendre

cheque-cpf

Les individus se voient attribuer des heures de formation tout au long de leur vie, qu’ils soient en emploi ou à la recherche d’un emploi. Chaque heure correspond à un tarif qui diffère selon la région dans laquelle on habite, le secteur d’activité dans lequel on exerce, ou la situation personnelle. La conséquence de cette variation est que l’individu ne sait jamais à quoi il a le droit en terme de budget.

Monétiser la formation reviendrait à dire que vous avez droit à 1 500€ de formation plutôt que de dire que vous avez droit 120 heures de formation, mais pourquoi cela est-il si important ?

Imaginez un ticket restaurant sur lequel serait indiqué le nombre de repas que l’on peut faire. Prenons par exemple des dîners. On donne un ticket restaurant à un salarié en lui disant qu’il a droit à 20 dîners. Que pensez-vous que ce salarié va faire pour choisir ses dîners. C’est lui et lui seul qui sait ce qu’il souhaite manger en fonction de ses goûts. S’il se présente dans un restaurant étoilé, va-t-il pouvoir y dîner 20 fois ? S’il se présente dans un bistrot, va-t-il pouvoir y dîner 20 fois ? S’il se présente dans un restaurant rapide, va-t-il pouvoir manger 20 fois ? Non, très clairement on ne pourra pas lui donner la même prestation parce qu’on va lui expliquer que c’est 20 repas correspondent à un budget : on va donc créer une grande insatisfaction !!

Vous pensez qu’il est stupide de retirer le montant de la valeur en euro d’un chèque repas ? Alors pourquoi ne pas afficher la valeur en euro des heures de formation ?

Les bénéfices d’un système monétisé

Pour l’ensemble des organismes de formation et de très nombreux experts, les bénéfices d’un système monétisé sont très clairs et ne font aucun doute à l’exemple du rapport publié par l’institut Montaigne en début d’année intitulé : « Un capital emploi formation pour tous », écrit par Bertrand Martinot et Estelle SAUVAT, qui prône l’ouverture du CPF à une modalité de monétisation, sous forme d’un chéquier électronique plutôt qu’un compteur d’heures. Pour d’autres, que  nous ne comprenons pas, comme Michel Beaugas (Force ouvrière) « la monétisation des heures conduit à une perte de droits pour les bénéficiaires. »

Le CPF a certes connu des améliorations depuis son lancement, mais les lourdeurs administratives freinent encore l’élan de beaucoup à se former. Sortir de la logique « d’heures de formation » au profit d’une logique plus globale de formation et d’accompagnement donnerait l’opportunité à chacun d’être véritablement autonome dans la sécurisation de son parcours professionnel. N’était-ce pas la bonne réponse à notre problème complexe ?

Notre nouveau président s’est engagé à monétiser la formation professionnelle : Merci de ne pas oublier cette promesse car c’est en changeant ces détails que la formation rentrera dans les mœurs et sera appréciée comme l’est le ticket restaurant…

Arnaud

Co-fondateur de l'organisme de formation LINGUEO, Rédacteur sur CPFormation.com & à l'origine du mouvement des Hiboux.

You may also like...

2 Responses

  1. Cozin dit :

    La monétisation du cpf ne résoudra rien :

    1) la cotisation de 0,2 % représente environ 5 % des sommes nécessaires a une généralisation du cpf, qui paiera les 95 % restant ?
    2) si compter des heures était stupide pourquoi alors compter des euros ? Celui à qui ils manquerait des euros devrait il attendre 3 ou 5 ans pour se former ?
    3) quid de la TVA ? Le salarié ou l’of en serait il exempté ?
    4) comment comparer les prix des formations, comment un salarié pourrait il choisir ? La moins chère, la plus chère ?
    5) les 6 millions de fonctionnaires ont droit au cpf, qui va payer ? Sur quelle base ?
    6) comment éviter les escroqueries si on donne de l’argent formation à des salariés qui pourraient être tentés de partager le prix avec un of sans se former
    ……

    En fait d’apprentissages compter n’est pas apprendre et si le compteur DIF représentait la dette formation contractée par l’employeur envers son salarié, avec le CPF ce compteur s’est transformé en n’importe quoi

  2. Gwenola dit :

    Super article merci. j’ai bien rigolé en le lisant :)
    Espérons que Macron que notre président ne reviendra pas sur cette promesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je souhaite une formation en LANGUES ETRANGÈRES

Je souhaite une formation dans un autre domaine

Je souhaite former un groupe de personnes

NON MERCI