Quel avenir pour Datadock ?

Dernière couche en date du millefeuille de la qualité en formation, DataDock a pour objectif de « simplifier le référencement des organismes de formation et mutualiser les contrôles entre financeurs ». Nous avons imaginé les différentes façon de se saisir du dispositif pour les organismes de formation…

Scénario « Toujours plus de qualité »

Les organismes de formation se saisissent massivement du dispositif, avec un travail en amont sur la formalisation de leur offre en termes de qualité et d’évaluation. Pour accompagner les organismes de taille modeste, les Opca pourraient développer un service d’accompagnement dédié et personnalisé à ces petites entités.

Résultat : plus de transparence et de lisibilité dans l’offre de formation au niveau national, des critères qualité remplis par une grande majorité, un marché de la formation assainie et tirant la formation vers le haut.

Risque : standardisation des formations, baisse de l’innovation, déclin de l’activité des entités ne répondant pas aux critères et des petites structures qui n’arrivent pas à faire face aux contraintes administratives.

Scénario « La qualité, oui mais… »

Les organismes de formation souhaitent poursuivre leurs reconnaissances officielles à travers l’inscription sur la liste du Cnefop, et les critères qualités imposés par les Opca. Mais ils affirment leur besoin d’un accompagnement au changement, à la montée en compétence de leur personnel administratif pour faire face à l’augmentation des procédures et dossiers pour être conformes aux labels, certifications, etc.

Résultat : une relation Opca-organisme de formation qui se réinvente, avec une relation de conseil et d’accompagnement plus prononcée. Un accompagnement qui peut aussi se faire dans le cadre d’associations professionnelles, de partages d’expérience et d’expertise dans des communautés qui verraient le jour en ligne (sur LinkedIn, par exemple). Et pourquoi pas une mutualisation des ressources (temps partagé) entre organismes de formation pour diminuer le coût d’investissement supplémentaire (ingénierie de formation et administratif) induit par Datadock ?

Risque : des dépenses structurelles plus importantes pour les organismes de formation, avec le risque que de petites structures ne puissent pas les assumer. Si tous les organismes sont certifiés/qualifiés de façon uniforme, quels leviers vont déployer les organismes de formation pour singulariser leur offre / ressortir du lot ?

Scénario innovant « La qualité au service d’une plus grande liberté »

Les organismes de formation s’inscrivent dans cette dynamique de plus de qualité et d’évaluation initiée par la liste du Cnefop et poursuivi par Datadock. En contre-partie de ce niveau d’exigence accru et de ce volet administratif, elles demandent une plus grande liberté dans l’accès à la formation par les futurs bénéficiaires. Elles souhaitent aussi que la Qualité puisse permettre de développer des parcours innovants voire atypiques pour répondre au spectre le plus large possible des personnes en recherche de formation.

Résultat : des formations à la pointe des technologies et de l’ingénierie de la formation, collant aux besoins du terrain.

Risque : des innovations « bloquantes » pour remplir l’ensemble des critères de Datadock figés et non évolutifs pour le moment.

Sandrine

Spécialiste indépendante des politiques d'emploi et de formation. Ancienne chef de projet éditorial du Carif IDF puis Responsable Com' Multimédia de Défi métiers. Retrouvez-moi sur twitter @ActuFormation

You may also like...

5 Responses

  1. BONJOUR
    ON ME DEMANDE DE ME REFERERNCER AU DATADOCK CEPENDANT CELA EST TOUJOURS REFUSE
    JE DIRIGE MON AUTO ECOLE AVEC FORMATION CONTINUE AVEC MON AGREMENT DEPUIS PLUS DE 40 ANS POUR TOUS LES PERMIS

    POUVEZ VOUS M AIDER
    BIEN CORDIALEMENT

  2. cozin dit :

    l’apprentissage de la conduite via les fonds privés de la formation professionnelle s’arrêtera quand la démagogie socialiste aura fini son tour de piste (courant mai peut-on espérer). Il s’agissait d’une mesure totalement absurde (un peu comme la légalisation du haschich) pour s’attirer quelques voix de jeunes.
    L’apprentissage de la conduite n’est pas de la formation professionnelle ou alors celui de la natation ou de la propreté sur un pot de chambre l’est aussi.
    Le gouvernement n’avait qu’à abaisser la TVA des auto écoles à 5,5 % et les charges sociales des moniteurs s’il voulait baisser le prix de l’apprentissage de la conduite auto.
    Le plus cocasse c’est que le permis poids lourd (qui lui permet de travailler) n’est quant à lui pas « éligible » au CPF

  3. Cozin a tord dit :

    Non seulement la réponse de Cozin n’aide pas du tout Jean Luc mais en plus il se trompe puisque le permis B est éligible au CPF depuis le 15 mars 2017 (décret publié le 03/03/2017 dans la cadre de la Égalité et citoyenneté) donc de fait les auto-ecoles qui voudront réaliser des formations au permis B éligible au CPF doivent aussi respecter les exigences du décret n°2015-790 du 30 juin 2015.
    J’invite d’abord Jean Luc a mesurer l’impact commercial et financier de ne pas pouvoir proposer cette prestation car si il n’est pas déjà organisme de formation, il devra d’abord s’inscrire comme tel auprès de la préfecture afin d’avoir un numéro d’habilitation comme organisme de formation et ensuite il devra s’inscrire sur Data Dock et justifier du respect dans son établissement des 21 indicateurs qualité définis par les OPCA (description de fonctionnement + preuves).
    Tout avant le 1er Janvier 2018 (un délai de 6 mois de plus ayant été donné aux auto-écoles dans le cadre du permis B éligible au CPF) ou avant le 30 juin 2017 pour tout les autres formations professionnelles (permis poids lourds, permis remorque, etc..)

  4. laisney dit :

    Bonjour,
    Nous pouvons vous aider de manière simple et rapide.
    N’hésitez pas à nous contacter
    cordialement
    Françoise Laisney
    Cabinet iCMS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

demande-devis

CLOSE