Bras de fer en cours sur la formation professionnelle

Alors que les négociations devraient aboutir pour le 16 février, la situation se crispe entre les syndicats et le patronat sur la formation en entreprise. La raison ? Un texte trop centré sur l’entreprise et pas assez ambitieux, selon les syndicats.

Formation entreprise : Une approche trop centrée sur les besoins des entreprises en compétences

Selon les syndicats sur la formation en entreprise , l’individu est le grand oublié du texte proposé par le Medef. Si l’on parle de compétences, elles sont au service de l’entreprise et non dans la dynamique d’un parcours personnel. Ainsi Maxime Dumont (CFTC) déplore le pue de place fait au projet personnel.
Dans son communiqué du 12 janvier, la CGT rappelle que “Pour que chaque entreprise puisse déterminer ses besoins en qualifications pour assurer son avenir, les programmes et dispositifs de formation à mettre en œuvre et les reconnaissances des qualifications acquises, l’accord doit prévoir de renforcer des outils tels les Observatoires prospectifs des métiers et des qualifications des branches et ceux régionaux de l’emploi et de la formation. Pour être utiles, ils doivent être pilotés par les commissions paritaires de l’emploi (CPNE), dotés des moyens nécessaires et doivent bénéficier de financements appropriés.”
Formation en entreprise : De son côté Florence Poivey (Medef) tente de désamorcer le blocage en indiquant :

“Notre plume est plus “entreprises”, leur plume sera plus “salariés”. La prochaine mouture du texte à étudier doit d’ailleurs être rédigée par les syndicats.

Syndicats :Le medef met la pression…

Le 19 janvier, une nouvelle séance de négociations devait avoir lieu concernant la formation et les entreprise

Dans l’attente de précisions sur le dossier de l’apprentissage, le Medef – en accord avec la CPME – refuse de poursuivre les échanges sur la formation professionnelle en général. Le point de discorde ? Le Medef refuse de voir le pilotage de l’apprentissage partagé avec les branches professionnelles, souhaitant la continuité du pilotage unique par les Régions.

Première réaction : L’U2P (Union des entreprises de proximité) a réagi rapidement par communiqué : “Interrompre les discussions sur une réforme d’une telle importance n’est pas à la hauteur des enjeux”.

Le 24 janvier, le Medef et la CPME annoncent maintenir l’ajournement de la négociation ! A suivre !

Sandrine

Spécialiste des politiques d'emploi et de formation. Ancienne chef de projet éditorial du Carif IDF puis Responsable Com' Multimédia de Défi métiers. En savoir plus sur l'auteur de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *