Comment demander une formation à son employeur ?

Vouloir faire une formation est très bonne idée qui vous permettra de faire avancer votre carrière professionnelle, vous reconvertir ou tout simplement vous mettre à jour des nouvelles pratiques et technologies dans votre branche. Mais pour autant, se faire accorder une formation par son employeur peut ne pas sembler évident. Il y a quelques règles à suivre pour mettre des atouts de son côté.

Savoir les modalités de sa formation

Vouloir se former c’est bien, encore faut-il savoir exactement de quoi on parle. Les façons de se former sont nombreuses, à l’image de l’utilisation du Compte Personnel de Formation CPF , en réalisant une VAE, ou en demandant un CIF. Sachez à l’avance quelle formation vous allez demander, sachez combien de temps elle va durer, si elle se fera ou non sur les heures de travail, si vous prenez un congé de plusieurs mois ou semaines. Même en utilisant votre CPF, votre employeur doit donner son accord, alors à vous de paraître professionnel.

La pertinence de la formation

Si vous faites une formation qui dure plusieurs semaines, vous ne serez pas présent en entreprise. Vous partez pour la bonne cause, mais l’employeur verra tout d’abord les inconvénients pour lui, en particulier en terme d’organisation et de rentabilité. A vous de choisir une formation en rapport avec votre milieu professionnel pour mettre toutes les chances de votre côté pour vous la faire accepter.

Prévoir l’avenir de votre entreprise ou de votre métier, montrer que vous êtes capable de vous diversifier, l’entreprise peut tout à fait y trouver son compte, il suffit de savoir lui dire de façon convaincante.

Réussir son oral

Présenter une demande de formation à son employeur, c’est discuter de personne à personne pour présenter son projet et espérer le voir aboutir. Donc, il est nécessaire de réussir le moment de l’entretien. Pour cela, il faut déjà commencer par tâter le terrain de la formation. Cela peut se faire par exemple lors d’un entretien annuel ou plus régulier.

Si un refus ferme et catégorique n’est pas opposé, alors il y a peut-être un sujet à approfondir. Avant de défendre vos chances à l’oral, vous aurez déjà préparé le terrain à l’écrit. Un courrier bien rédigé, bien orthographié, mettant en avant l’importance de cette formation pour l’entreprise est déjà une bonne base. Si vous prenez les devants en éliminant quelques possibles réticences comme les dates de formation ou les modalités d’absence, vous vous facilitez encore plus le futur entretien. Il ne devrait plus être une formalité si vous avez su convaincre du bien-fondé de votre démarche.