Jean-Patrick Gille

Jean-Patrick Gille

Jean-Patrick Gille

Jean-Patrick Gille est député d’Indre-et-Loire, vice-président de la commission des affaires sociales : emploi, formation professionnelle et président de l’Union Nationale des Missions Locales.

Citations

La loi a prévu de responsabiliser les acheteurs de formation sur la qualité des formations et donc des organismes de formation, ce qui me semble-t-il devrait amener progressivement à la disparition de certains organismes qui ne sont pas au niveau.

Lire interview de Jean-Patrick GILLE, Vice-président de la commission des affaires sociales

Ses diplômes

Jean-Patrick Gille a effectué ses études secondaires au lycée Montesquieu du Mans, avant d’effectuer des études supérieures de philosophie et d’être diplômé de l’université François Rabelais de Tours.

Son parcours professionnel

En 1988, il devient maître-auxiliaire à Chinon. Il porte très vite son attention sur l’insertion professionnelle des jeunes et la formation professionnelle en elle-même. Il est, depuis 1998, chargé de mission à la direction de la formation professionnelle du conseil régional du Centre.

A titre bénévole, il était, jusqu’en juin 2014, président de la mission locale de Touraine pour l’insertion des jeunes, qu’il a créé en 1996, de l’Ecole de la 2ème chance, qu’il a fondé en 2003, des centres de formation professionnelle (AFPP) et de formation d’apprentis (CFA) de la ville de Tours. Il est devenu, au fil du temps, un spécialiste de la formation professionnelle et de l’emploi des jeunes.

Depuis 2009, il est également président de l’Union Nationale des Missions Locales et a fondé, en 2011, l’institut Bertrand Schwartz, consacré à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, qu’il préside actuellement.

Sa carrière politique

Sa carrière politique démarre en 1981, lorsqu’il rejoint les Amis de la Terre, mouvement écologiste.

Après une défaite dans une fédération d’Indre-et-Loire en 1986, il adhère au Parti Socialiste. Il rejoint également le syndicat étudiant UNEF-ID de Tours.
Il s’investit alors plus spécifiquement au sein du PS et devient, en 1993, premier secrétaire de la fédération d’Indre-et-Loire, jusqu’en novembre 2012. Il fonde alors avec Benoît Hamon, en 1994, le groupe politique Nouvelle Gauche, dans le cadre du congrès de Liévin.

Après les élections municipales de Tours en 1995, il devient premier adjoint au maire, chargé de la cohésion sociale, de l’emploi, de la formation professionnelle et de la politique de la ville.

En 2003, il compose la motion D, avec Marc Dolez et Pierre Larrouturou, qui recueille 4,4 % des suffrages exprimés, il prend alors du recul avec la fédération du PS.

En 2005, lors du congrès du Mans, Jean-Patrick Gille s’impose comme le candidat de la majorité rassemblée autour de la motion de François Hollande et retrouve son poste de premier secrétaire fédéral.
Lui et son courant rejoignent, en février 2009, la majorité du PS, il devient alors secrétaire national à la famille, poste qu’il occupera jusqu’en 2012, et intègre la direction nationale du parti.

Travaux