Interview de Thierry DEZ, DG d’Uniformation

itv-uniformation-portrait

Thierry DEZ

Thierry DEZ, directeur général de l’OPCA Uniformation qui représente 53 346 entreprises adhérentes, 1,118 million de salariés, et gère 384,907 millions d’euros de contributions à la formation professionnelle (chiffres 2015).

Retrouvez notre échange ci-dessous ainsi qu’un extrait vidéo de notre rencontre avec Mr Dez qui nous parle des principaux projets de son OPCA et nous fait un point sur le CPF chez Uniformation :

Quelles sont les actualités d’Uniformation ?

Nos actualités sont le projet Mutéco, la qualité de l’offre de formation mais aussi l’offre de formation clés en main transverses aux métiers couverts par Uniformation. Le Baromètre emploi/formation ainsi que le bilan d’activité 2015.

Concernant le Baromètre Emploi Formation. Depuis combien de temps ce travail est-il effectué ? pouvez-vos partager avec nous les résultats de cette étude ?

Lancé en 2014, ce baromètre est un cycle d’observation annuel sur l’emploi et la formation au sein de l’économie sociale, protection sociale, habitat social. Il permet de disposer d’une vision des pratiques, intentions et besoins des employeurs par branche et région en matière de recours aux dispositifs emploi-formation.

D’abord initié sur l’emploi-formation des jeunes en 2014 et 2015, il porte depuis 2016 sur l’ensemble des salariés couverts. Notre prochaine édition 2017 est en cours de lancement.

Plusieurs données et pistes de travail s’en dégagent, que ce soit sur l’état de l’emploi dans nos structures, leurs besoins en recrutement, les métiers prioritaires ciblés, les métiers les plus en tension, les profils attendus, les formations qui seront demandées, le recours à l’alternance…

Les résultats sont disponibles en début de chaque année et permettent de nous éclairer sur les enjeux prioritaires en termes d’emplois et formation tant par secteurs que par territoires.

Avec plus de 6200 répondants, nous pouvons nous appuyer sur des résultats significatifs.

Parmi les principaux résultats :

48% des répondants envisageaient de recruter en 2016, soit du fait de leur activité d’insertion (donc d’accueil permanent pour les ACI et Régies de quartiers) ou saisonnière, (TSF, Animation, FSJT…) ou soit en prévision de remplacements de départs (habitat social, Aide à domicile).
La principale raison du recrutement reste le remplacement d’un ou plusieurs salariés sur des postes pré-existants pour plus de 59% des répondants.

Toutes branches confondues, les métiers identifiés comme prioritaires pour les recrutements sur nos secteurs en 2016 :

  • Les animateurs socio-culturel / sportif / périscolaire / animateur technicien / professeur (24%),
  • Le personnel administratif, de gestion ou comptabilité (10,4%),
  • L’éducateur sportif (8%),

Les contrats les plus souvent envisagés : des contrats aidés comme les CDDI, CUI CAE par 46% des répondants et les Emplois d’avenir (20% des répondants) puis CDI (30%) et CDD (30%) (plusieurs réponses possibles), même s’il est évident que les pratiques diffèrent d’une branche à l’autre.

35 % des jeunes travaillant dans les branches adhérentes d’Uniformation ont été recrutés en contrats aidés ;

Les freins à l’embauche ? Le manque de moyen financier est le principal obstacle à l’embauche (53%) ainsi que le manque de candidats correspondant au(x) poste(s) à pourvoir (38%), puis des conditions d’emploi peu attractives (horaires, rémunération, saisonnalité, temps partiel…).
Ainsi 45 % des employeurs interrogés semblent assez favorables à l’idée de partager un recrutement pour constituer un poste à temps plein, pourcentage à plus de 51% dans les entreprises de moins de 10 salariés.

Des tensions en recrutement sont plus particulièrement pointées sur les métiers de gardiens d’immeubles, des intervenants à domicile, des aides-soignants.

Plus de 1 structure sur 5 envisagent le recours à l’alternance sur leur métier prioritaire cité, surtout pour des métiers comme téléconseiller et télévendeur (53 %), moniteur-éducateur (39 %) , éducateur sportif (39 %) et conseiller en économie sociale familiale (35 %).

Les besoins en formation ? Les résultats du baromètre témoignent de la recherche d’une opérationnalité immédiate au cours des premières semaines de la prise de poste, avec essentiellement des formations techniques cœur de métier de courte durée (43% des répondants) ou un transfert en interne de compétences pratiques de salariés expérimentés (40%).

Une bonne nouvelle que nous avons pu lire : l’augmentation de votre collecte ! à quoi cela est-il dû ?

Au titre de l’année 2015, Uniformation a collecté 384,907 millions d’euros auprès de ses adhérents, soit une hausse de 9,80 % par rapport à l’exercice 2014. Ces bons résultats devraient se confirmer en 2016. Ils intègrent l’arrivée de la branche du Sport mais témoignent aussi du niveau de confiance élevé que nous avons su maintenir avec nos branches professionnelles, la collecte d’Uniformation augmentant de 2,2% à périmètre constant.

Le nombre de structures adhérentes augmente : il passe de 49 308 à 53 346. Conséquence, les effectifs de salariés ont eux aussi augmenté, de 1,09 million à 1,118 millions.

Quelles sont les formations les plus populaires dans la branche des sports ?

Les formations suivies sont essentiellement : des CQP , BPJEPS et DEJEPS ainsi que des formations diverses types BTS (n gestion RH, manager, communication , comptabilité ) profession immobilière a été indiquée par rapport à la reconversion d’un sportif professionnel donc ceci n’est pas à propos pour l’ensemble de la branche sport

Le projet Mutéco : quelles sont les régions éligibles ? comment les futurs stagiaires peuvent-ils postuler à ce genre de formation ?

Uniformation, avec l’appui financier du FPSPP, du Conseil Régional PACA et de la DIRRECTE PACA pour cette région, a élaboré un projet ambitieux afin d’accompagner ses adhérents pour les aider à anticiper les mutations auxquelles ils doivent faire face.
A ce titre, apporter une réponse à nos adhérents confrontés à ces mutations est un enjeu à la fois de développement et de consolidation et maintien des emplois

Mutéco, c’est trois axes pour se former : la transition numérique, la consolidation des emplois (reconversion des salariés, La mutualisation des emplois et la lutte contre le temps partiel et passerelles vers d’autres emplois, reconversion des sportifs professionnels et de haut niveau, accompagnement des dirigeants confrontés aux évolutions législatives ou réglementaires) et la transition énergétique.

Régions éligibles : Bretagne, Auvergne-Rhône-Alpes, PACA, Guadeloupe, île-de-France, Nouvelle-Aquitaine Sur chacune de ces régions, les avis COPAREF favorables ont été reçus.

Les futurs stagiaires en parlent avec leurs employeurs et ce sont eux qui prennent contact avec Uniformation. Des formations clés en mains sont aussi proposées par Uniformation pour la transition numérique et la transition énergétique. 209 sessions de formation au total, 12 thématiques sur la transition numérique et 9 thématiques sur la transition énergétique. Pour s’inscrire, il faut se rendre sur le site offredeformation.uniformation.fr – les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 28 décembre 2016.

Le site OffredeFormations.uniformation.fr

Le site OffredeFormations.uniformation.fr

Pour tout projet de formation dans ce cadre (pour un conseil, pour valider l’éligibilité, ou une demande de financement), il est possible de se faire accompagner en contactant son conseiller en région.

Un des objectifs de Mutéco est de former les entreprises à la transition numérique. Le numérique est-il au cœur de cette formation ?

Le numérique est un des trois axes du projet Mutéco. Ce n’est pas le « cœur « de Mutéco, qui est également réparti en trois axes : transition numérique, transition énergétique, consolidation des emplois.

S’agissant du numérique, il nous est apparu que les nouveaux outils digitaux sont au cœur de l’innovation en entreprise ; tous nos usages sont impactés : animation d’une communauté, outils connectés, télégestion, applications en ligne…tous ces outils font désormais partis de notre environnement professionnel. Leur connaissance et leur mode de fonctionnement deviennent incontournables. Nos adhérents, surtout certaines petites structures, ne sont pas forcément à l’aise avec ces nouveaux modes de gestion/communication/outils de travail.

Les mutations propres au secteur de la formation, liées à l’évolution des besoins et des technologies, imposent aux organismes de s’adapter et d’innover.
lesofLes organismes de formation doivent inventer des formats conciliant la souplesse des NTIC, l’efficacité pédagogique et la satisfaction des participants. Uniformation doit aussi pouvoir accompagner la transition numérique des organismes de formation adhérents à l’OPCA : impacts sur le contenu et les pratiques pédagogiques, les outils du formateur 2.0, les méthodes pédagogiques adaptées aux nouvelles technologies.

Parmi les formations que nous proposons dans le cadre de l’offre de formation collective « Transition numérique», Améliorez votre connaissance de l’outil web, développez votre visibilité sur le web, impacts des NTIC sur les pratiques pédagogiques… sur 1 à trois jours.

Certains OPCA signent des accords pour faciliter leurs activités. Est-ce le cas chez Uniformation ?

Un rendez-vous a eu lieu le 13 juillet avec Isabelle RIVIERE, Responsable de la qualité et des relations avec les OPCA de la FFP, pour voir dans quelle mesure Uniformation pourrait partager cette démarche qui ambitionne de simplifier les relations administratives, de sécuriser les relations économiques et de dématérialiser l’ensemble des documents demandés par les OPCA.

Il a été constaté que l’absence de toute subrogation chez Uniformation rendait très difficile la signature d’un « Pacte de confiance » tel qu’il a été signé le 30-06 avec Opcalia. Il faut désormais voir comment l’adapter à notre contexte particulier tout en en gardant l’esprit. L’ambition est donc modeste sur ce dossier.
En revanche le paiement d’un acompte de 30% est exclu, Uniformation privilégiant le paiement régulier et rapide sur factures intermédiaires à l’avancement (pour les formations longues).

Nous nous sommes rapprochés de divers partenaires avec lesquels nous travaillons sur les territoires : Apec, Carif-Oref, agefiph,… , principalement dans le cadre du conseil en évolution professionnel et cela nous permet d’être présents partout.

Vous êtes un des seuls OPCA à mettre en avant les moyens de vous contacter (trois lignes téléphoniques : employeurs, salariés, prestataires). Pouvez-vous nous en dire plus ?

uniformation-contactNous avons créé des services téléphoniques qui touchaient toutes nos cibles : plateforme téléphonique d’informations pour les salariés, sur les métiers, les parcours et les financements, accompagnement renforcé des entreprises au moment de la collecte, cellule dédié à l’apprentissage, etc. Nous recevons environ 20 000 appels par mois
Nous avions bien trop de numéros de téléphone dédiés.

Nos adhérents nous disaient régulièrement qu’il était difficile de nous joindre. Nous avons donc souhaité améliorer la relation à nos adhérents, en améliorant le taux de décroché et les plages de contact possibles. Cela est effectif pour le téléphone et les premiers retours après enquête sont très positifs : 83,5% d’adhérents et salariés satisfaits lors de notre dernière enquête de juin 2016. Mais nous pouvons encore faire mieux. Nous avons pu ainsi évaluer la qualité de notre accueil et de l’écoute de nos collaborateurs, soit 95% d’entreprises et de salariés satisfaits.

Nous travaillons aussi aux mails, c’est en cours. Notre ambition est de mieux traiter les demandes d’information qui nous arrivent. Rien que la boîte du webmestre draine près de 10000 contacts annuels.

Ceci est indispensable pour entretenir une relation de qualité avec nos adhérents et leurs salariés dans une période où nous travaillons sur une offre de services. Il serait inconscient de ne pas se préoccuper de la qualité de la relation avec nos adhérents dans un tel contexte. Je n’en dis pas plus, c’est un sujet pour le dernier trimestre 2016.

Pourriez-vous faire un constat de la situation du CPF chez Uniformation. Sont-ils en hausse, en baisse ? quelles sont les formations les plus demandées ?

Ce nouveau dispositif de formation à l’initiative du salarié, le CPF, est au cœur de l’ingénierie pédagogique et financière qu’Uniformation mobilise pour les salariés.

Des équipes ont été dédiées à la gestion du CPF, et ont permis de mobiliser 11 millions d’euros, pour 2400 stagiaires et 345 000 heures de formation en 2015.

A fin aout 2016: déjà 4.153 dossiers pris en financement sur 2016.

Arnaud

Web Entrepreneur, Co-fondateur de @Lingueo - Chroniqueur @BFMBusiness et Rédacteur en chef @CPFormation #EdTech #Formpro En savoir plus sur l'auteur de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *