Formation & Reconversion, le duo choc ! Etude NouvelleViePro

Les deux-tiers des actifs qui ont été au bout de leur reconversion sont passés par la case formation, selon une étude menée en ligne par nouvelleviepro.fr, le portail de la reconversion professionnelle, auprès de plus de plus de 2000 personnes issues de tout secteur d’activité.

Les reconvertis plébiscitent la formation

C’est en amont du salon grand public Nouvelle Vie Professionnelle, qui se déroulera le 14 novembre à Paris, que les résultats de cette grande enquête sont publiés. Si 93 % des actifs ont déjà songé à se reconvertir, 17 % l’ont déjà fait et la plupart d’entre eux (66 %) ont suivi une formation plutôt longue (plus de 6 mois).

Les reconvertis plébiscitent la formation

Les reconvertis plébiscitent la formation

Que ce soit pour changer de métier, de secteur d’activité, de statut (devenir indépendant ou chef d’entreprise), de région ou encore de pays, les sondés s’accordent sur l’importance de se former pour réussir son projet professionnel, même sans idée précise au départ, ce qu’illustrent les réponses à la question ci-dessous.

Quels sont, selon vous, les éléments les plus importants pour aller au bout d’une reconversion ?

Plusieurs réponses possibles :

  • La détermination (75 %)
  • Le suivi d’une formation adaptée (37 %)
  • La solidité du projet (36 %)
  • Le soutien de ses proches (34 %)
  • L’accompagnement par des professionnels (28 %)
  • Les aides financières (26 %)
  • Des conditions avantageuses pour quitter son emploi précédent (18 %)
  • L’échange avec d’autres reconvertis (7 %)

Reconversion subie ou choisie ?

Enquête nouvelleviepro.fr – Les Français et la reconversion professionnelle – Octobre 2019

Enquête nouvelleviepro.fr – Les Français et la reconversion professionnelle – Octobre 2019

A noter que 52 % des actifs qui ont été déçus de leur reconversion n’avaient pas suivi de formation.

Les reconvertis parlent de leur formation

Verbatims inédits pour CPFormation :

« Un projet bien défini, avec l’aide de professionnels, permet le déclenchement du 1er levier de changement de vie personnelle et professionnelle, en se formant à un nouveau métier, en acquérant de nouvelles compétences par une formation adaptée et cohérente. »
Femme, 40-49 ans.

« Une année de formation difficile mais pour un épanouissement réussi derrière… Je suis prêt à recommencer pour acquérir de nouvelles compétences ! »
Homme 40-49 ans, ayant suivi une formation de plus de 6 mois.

« Je travaille dans un domaine qui m’intéresse, dois apprendre chaque jour et continuer à me former. » Femme, 50-59 ans, du commerce à la santé/social.

« J’apprends beaucoup, je travaille énormément mais ce n’est pas une addiction, au contraire, un vrai bonheur… d’autant que j’ai la conviction que ce que je fais a du sens, notamment parce que j’ai le privilège d’appliquer dans mon entreprise toutes les valeurs que je défends car ce que je fais a du sens. » Femme, créatrice, indépendante, 50-59 ans, de la construction à l’artisanat.

« Tout au long de notre vie, nous évoluons au gré du monde qui nous entoure, de la maturité que l’on acquiert, de notre personnalité qui s’affirme, de sa vie personnelle qui se construit, ainsi aujourd’hui il est essentiel à l’épanouissement de savoir se remettre en question, réfléchir à ses compétences, ses qualités, ses attentes, ses valeurs pour parfois tout quitter et se lancer dans une nouvelle aventure… Le risque ? Regretter de ne jamais avoir osé franchir le pas !! » Magali, 40-49 ans, demandeur d’emploi.

infographie de l'étude Nouvelleviepro

infographie de l’étude Nouvelleviepro

Lien utile indispensable

Télécharger et lire l’étude complète : Les français et la reconversion professionnelle

On vous donne rendez-vous en novembre au salon de toutes les transitions : En savoir plus sur le salon grand public Nouvelle Vie Professionnelle.

mm

Simon

Digital Marketing Manager de Lingueo, Simon est le couteau suisse de l'entreprise. En savoir plus sur l'auteur de cet article

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. cozin dit :

    Depuis au moins 10 ans les enquêtes et sondages se succèdent pour nous dire que 30 à 40 % des travailleurs souhaitent changer d’emploi, de métier, se reconvertir. Ce sont des déclarations peu (ou jamais) suivies d’effets. La meilleure preuve du peu d’entrain et de demandes de formation c’est le très faible développement de la VAE depuis 2001 et des anciens CIF depuis 30 ans (le CIF était demandé par 50 000 personnes par an, financé pour 25 000 salariés). Si les qualifications des Français sont si faibles dans l’OCDE (22 ou 25 rang) c’est à la fois parce que l’école ne fait plus son job depuis longtemps (les personnels comme les élèves ne tiennent plus que grâce aux vacances) et parce que la société française globalement n’est ni apprenante ni entreprenante. Nous lisons peu, ne parlons pas anglais, apprenons bien peu dans un monde où l’éducation et la formation deviennent fondamentaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je souhaite me former en Anglais, Espagnol, Allemand…

Je souhaite une formation en bureautique, CACES, Permis…

Je suis une entreprise et souhaite former mes équipes

Je ne souhaite pas me former