Entretien exclusif avec Jean WEMAËRE | FFP

Jean WEMAËRE

Jean WEMAËRE – Président de la Fédération de la Formation Professionnelle (FFP)

Si vous êtes un lecteur assidu de CPFormation vous connaissez certainement déjà Jean WEMAËRE avec qui nous avons pu récemment faire le point de la première année du CPF. Ci-dessous la retransmission de cet échange pour vous.

CPFormation : Quel regard portez-vous sur la mise en œuvre de la réforme et l’entrée en vigueur du Compte Personnel Formation, un an après ?

La FFP a soutenu et continue de soutenir les ambitions portées par la loi du 5 mars 2014. Cette réforme change notre secteur de manière profonde et durable. En consacrant la formation professionnelle comme un investissement et non une charge, elle invite l’ensemble des acteurs de notre économie à placer la valorisation du Capital humain au cœur de leur stratégie. Pour les individus, la création du Compte Personnel de Formation (CPF) répond également à une ambition forte : permettre à chacun, quel que soit son statut et sans nécessaire aval de son employeur, de bénéficier à son initiative de formations valorisables sur son CV.

La première moitié de l’année 2015 a été synonyme d’une baisse importante de l’activité de la formation

Cependant, l’entrée en application de la réforme a provoqué de grandes difficultés pour notre secteur. En avril 2015, on constatait une réelle situation d’attentisme sur le marché et un blocage du secteur de la formation. La première moitié de l’année 2015 a été synonyme d’une baisse importante de l’activité de la formation. Nous nous sommes fortement mobilisés pour relancer le développement des compétences et éviter la fragilisation durable d’un secteur de la formation qui porte 150.000 emplois et qui est essentiel pour la vitalité de l’ensemble de notre économie.

Cette mobilisation a permis une certaine prise de conscience des difficultés de mise en œuvre des nouveaux dispositifs, et notamment du CPF qui a été élargi aux formations linguistiques. Au 1er février 2016, c’est 260.000 demandes de formation qui avaient été validées au titre du CPF. Ce chiffre reste insatisfaisant. D’abord car il est largement inférieur aux 600.000 DIF qui étaient financés chaque année. En cette période de difficultés économiques et sociales, il est impératif que nous augmentions notre effort de formation. De plus, le CPF est à 80% mobilisé par des demandeurs d’emploi, il reste une promesse non tenue pour les salariés.

Pour véritablement améliorer l’accès à la formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des salariés, certaines mesures simples peuvent être prises : simplifier la mobilisation du CPF et élargir les formations éligibles en particulier celles visant des compétences transversales. En outre, les entreprises et notamment les TPE/PME, doivent être encouragées à investir dans leur capital humain par la mise en place d’un mécanisme incitatif type crédit d’impôt qui pourrait être étendu aux particuliers.

CPFormation : Que pensez-vous du plan de formation de 500 000 demandeurs d’emploi supplémentaires :

Dès l’annonce de ce plan de formation de 500 000 demandeurs d’emploi, nous avons rencontré la Ministre du Travail Myriam EL KHOMRI pour l’assurer de l’entière mobilisation des organismes privés de formation pour la réussite de cet effort supplémentaire.

Pour que ces formations renforcent véritablement l’employabilité des personnes qui en bénéficieront la FFP a identifié plusieurs conditions de succès :

  • Etre au plus près des besoins des employeurs et des individus pour éviter les « stages-parking »: ces formations doivent permettre l’acquisition de compétences transversales essentielles à la mobilité et à l’employabilité afin de garantir des taux élevés d’insertion dans l’emploi en étant en lien avec les métiers en tension,
  • Réduire les délais d’entrée en formation des demandeurs d’emploi qui se situent actuellement entre 6 et 8 mois. Permettons-leur de prendre l’initiative de s’autoprescrire une formation avec une validation a posteriori par le financeur, à la condition que l’organisme soit engagé dans une démarche qualité (OPQF, NF, ISO) et réponde à un certain nombre de prérequis,
  • Elargir les certifications pouvant être financées par le CPF pour permettre l’accès à des formations plus courtes et déconnectées du calendrier scolaire.

Plus généralement, il est essentiel que les parcours de formation soient individualisés et mettent l’accent sur les modalités pédagogiques innovantes mixant présentiel/distanciel/collaboratif/alternance. Pour permettre à cette innovation de prendre toute son ampleur, un respect total des règles de la concurrence dans l’attribution des marchés doit être garanti.

CPFormation : Quels sont les chantiers à venir de la FFP ?

Nous devons avant tout continuer à défendre les ambitions portées par la loi du 5 mars 2014 pour un accès plus simple et plus large à la formation professionnelle pour chacun. Pour cela, il s’agit de faire plus largement confiance aux donneurs d’ordre et aux apprenants. C’est le message que nous avons adressé aux députés Jean-Patrick GILLE et Gérard CHERPION dans le cadre de leur évaluation de la mise en œuvre de la loi du 5 mars 2014.

Très concrètement, il nous faut parler plus directement aux employeurs de l’importance de la formation professionnelle : investir dans le développement des compétences de ses collaborateurs est une nécessité. Le Capital humain de l’Entreprise est son 1er actif, c’est un moteur-clé de sa performance et un levier essentiel de son innovation, de sa compétitivité et de sa pérennité. C’est pourquoi nous devons outiller les entreprises, et notamment les PME, pour qu’elles s’approprient pleinement cet investissement. Nous dévoilerons prochainement à l’occasion d’un évènement de grande ampleur les outils que nous sommes en train de réaliser dans le cadre de groupes de travail pluripartites sur mission des Ministères de l’Economie et du Travail.

Nous devons enfin continuer à promouvoir l’innovation que porte notre secteur économique. L’innovation fait partie du quotidien des prestataires de formation qu’elle soit pédagogique ou technologique. L’intégration du numérique par le développement de solutions multi-modales (‘blended Learning’) est désormais largement répandu et permet des formations plus individualisées et ‘sur-mesure’ tout en garantissant l’acquisition réelle de compétences. Avec les progrès des neuro-sciences, il y a une meilleure compréhension des mécanismes d’apprentissage. Grâce à leur proximité du tissu entrepreneurial et grâce à leurs modèles économiques agiles, les organismes de formation privés sont à l’avant-garde de ces évolutions.

Arnaud

Rédacteur en chef @CPFormation - Web Entrepreneur @Lingueo - Chroniqueur @BFMBusiness #EdTech #Formpro #FOAD #COAD #WEB

You may also like...

1 Response

  1. Vincent dit :

    Très chargé en “éléments de langage” vaguement assouplis ; c’est à pleurer de désespoir. Mais la réalité elle est plutôt à lire ici : https://www.cpformation.com/sujet/le-cpf-remplace-le-dif-cest-faux/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je souhaite me former en Anglais, Espagnol, Allemand…

Je souhaite une formation en bureautique, CACES, Permis…

Je suis une entreprise et souhaite former mes équipes

Je ne souhaite pas me former