Pourquoi faut-il se pencher sur les situations de travail transversales ?

Que sont les compétences transversales et comment peut-on les mobiliser pour accompagner au mieux les mobilités professionnelles ? Frédéric Lainé (Pôle emploi, direction des statistiques, des études et de l’évaluation) vous éclaire sur cette notion de transversalité dans les compétences.

Capacité d’analyse et de synthèse, organisation, planification, autonomie, initiative, capacité à communiquer dans une langue étrangère sont des compétences dites “transversales” car elles sont mobilisables dans différentes situations professionnelles. Ce sont ainsi des savoirs ou savoir-faire non techniques.

Expert de la formation, Frédéric Lainé (Pôle emploi, direction des statistiques, des études et de l’évaluation) s’est penché sur le lien entre compétences transversales et mobilité. Il a ainsi publié un rapport sur le sujet : “Situations de travail, compétences transversales et mobilité entre les métiers” (France Stratégie, document de travail n°2018-3) , accompagné d’une note de synthèse “Mobilités entre métiers et situations de travail transversales” (Pôle emploi,Éclairage et Synthèses n°41).

Les compétences transversales nécessaires dans tous les métiers

En associant à chaque situation de travail des compétences transversales, on peut ainsi classer les métiers selon qu’ils font plus ou moins appel à chacune de ces compétences. Il s’en dégage alors des proximités entre métiers en fonction des compétences transversales mobilisées. De cette analyse, France Stratégie a défini une cartographie de 75 familles de métiers en fonction de ces compétences transversales mobilisées.

Là où la proximité des compétences transversales requises est forte, les transitions professionnelles entre métiers sont plus fréquentes. Mais cette proximité ne suffit évidemment pas à expliquer les flux de mobilité observés entre métiers. D’autres facteurs jouent comme :

  • le domaine professionnel, qui traduit des compétences spécifiques communes entre métiers ;
  • des effets “frontières”, quand il s’agit de passer d’un métier exercé très majoritairement par des hommes à un métier exercé très majoritairement par des femmes (et réciproquement) ou quand des métiers sont géographiquement localisés sur certains territoires.

A noter : les proximités de situations de travail transversales jouent un rôle plus important dans les changements de métiers des ouvriers et des employés que dans ceux des professions intermédiaires et des cadres. 

competences-transversales

Quelle leçon tirer de la connaissance des compétences transversales ?

Pour les populations les moins diplômées, les compétences transversales ainsi identifiées apparaissent comme un signal d’employabilité susceptible de compenser leur faible qualification, donc d’accroître la confiance des recruteurs. Ce sera d’autant plus le cas que ces compétences soient reconnues dans le cadre d’une certification.

Par ailleurs, définir les compétences transversales devrait permettre aux employeurs de voir différemment les postes de travail au sein de leur entreprise, et d’établir plus facilement des passerelles / des mobilités possibles.

Pour aller plus loin :

Guide des compétences transversales : https://www.cpformation.com/guide-competences-transversales/

Rapport – Situations de travail, compétences transversales et mobilité entre les métiers : http://www.strategie.gouv.fr/publications/situations-de-travail-competences-transversales-mobilite-entre-metiers

Sandrine

Spécialiste des politiques d'emploi et de formation. Ancienne chef de projet éditorial du Carif IDF puis Responsable Com' Multimédia de Défi métiers. En savoir plus sur l'auteur de cet article

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je souhaite me former en Anglais, Espagnol, Allemand…

Je souhaite une formation en bureautique, CACES, Permis…

Je suis une entreprise et souhaite former mes équipes

Je ne souhaite pas me former