Formation et Présidentielles : moi, Président.e…

Si la majorité des candidats sont prêts à dire que la formation contribue à la sécurisation des parcours, aucun n’en fait un axe essentiel dans sa campagne présidentielle. Zoom sur les programmes !

elections-presidentielles-formation-professionnelle

Emmanuel Macron, pour une nouvelle réforme de la formation professionnelle

De son côté, Emmanuel Macron évoque la formation professionnelle dans un item intitulé « Emploi, chômage et sécurités professionnelles » avec, en 2e objectif, « Créer une formation professionnelle à la hauteur« . Dans le détail, les lignes directrices de son programme sur la formation se résument ainsi :

emmanue-macron-formation

  • « Les droits seront d’autant plus élevés que les besoins de qualification sont importants. »
  • « Chacun disposera d’une information complète sur les résultats concrets de chaque formation, de chaque accompagnement (retour à l’emploi, impact sur la trajectoire salariale…) car tous les organismes seront obligés de se soumettre à une labellisation et d’afficher leurs performances : plus personne ne s’engagera dans une formation sans savoir à quoi elle mène ni quelle est sa qualité. Le système sera transparent. »
  • « Nous investirons massivement dans l’acquisition des compétences ».
macron-aumedef

Emmanuel Macron parle de la Formation professionnelle au MEDEF le 28 mars 2017

  • « La bataille que l’on doit mener, c’est celle de la montée en compétences, celle de la formation. »
  • « Il faut investir dans la formation pour réussir la transition économique »
  • Emmanuel Macron à annoncé à son projet de nouvelle « réforme de la formation professionnelle »
  • « Dans une société en mutation, il faut protéger les salariés par la formation »
  • « Si je laisse le système de formation comme il est en ce moment rien ne les protège et ils tomberont dans le chômage »

Les plus prolixes ? Jacques Cheminade

Si Jacques Cheminade semble loin dans les sondages, il est certainement le plus loquace en matière de formation, avec pas moins de 4 engagements sur la formation professionnelle, et une réforme en profondeur de l’enseignement professionnel. Il souhaite :

  • « faire accéder à la formation ceux qui en ont le plus besoin » ;
  • « entreprendre un grand effort de formation professionnelle dans les prisons » ;jacques-cheminade-formation
  • « les secteurs prioritaires de la formation devront être les métiers associés aux technologies de pointe que je préconise pour le grand chantier de demain » ;
  • « soumettre les organismes de formation à un réel contrôle des compétences et des parcours » ;
  • « assurer que le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) puisse remplir efficacement ses deux missions fondamentales, la péréquation et la requalification des salariés et des demandeurs d’emploi » ;
  • Le grand service public de l’emploi et de la formation à guichet unique que je mettrai en place définira les priorités de la formation, avec la participation des entreprises et des ayant-droits, salariés, chômeurs et indépendants.
  • Réorientation du système d’éducation et de formation pour s’adapter aux mutations industrielles et à la transition énergétique
  • Conférence nationale pour l’emploi et la formation dans le but de créer un fort ascenseur social par la formation
  • Refonte du système de financement par les banques (Trésor Public, BPI…)

Emmanuel Macron souhaite :

  • Renforcer les droits individuels CPF et CIF
  • Développement de l’autonomie des salariés par un élargissement du spectre des formations éligibles (plus de marges dans les contenus et les durées)
  • Développement de l’accompagnement des parcours professionnels (conseil en mobilité, bilan de compétences, conseil en évolution professionnelle…)
  • Renforcer l’information des salariés sur les dispositifs
  • Accentuer le contrôle de la qualité des formations (étendre au coaching des labels de certification)
  • Redéfinir l’apprentissage avec les branches professionnelles et les autres acteurs
  • Nouveau modèle économique pour les OPCA (dialogue social)

A noter : ces propositions sont reprises à l’identique dans l’item « Travail/Emploi » (objectif 5).

Il faut ensuite poursuivre la lecture dans la rubrique « Handicap » pour retrouver le thème de la formation pro : « Nous prévoirons un abondement public pour le compte personnel d’activité des personnes handicapées et introduirons une labellisation spécifique pour les formations qui leur sont destinées, tenant compte des débouchés professionnels des formations. »

Hamon et Fillon : un peu de saupoudrage sur la formation

De façon plus décousue que Cheminade ou Macron, Benoit Hamon survole à plusieurs reprises le thème de la formation :

  • « Pour progresser tout au long de la vie, chaque actif aura droit à un an de congé-formation pour acquérir un diplôme ou une qualification. Je développerai également l’apprentissage. »

benoit-hamon-formation

  • « Pour répondre aux mutations du travail, je créerai une contribution sociale sur les robots. Elle alimentera un Fonds de Transition Travail (FTT), dont la mission sera de créer autant d’emplois nouveaux que ceux qui disparaîtront, et de financer la formation des salariés à ces nouveaux métiers. « 
  • « Nous soutiendrons le financement de la formation des bénévoles. »
  • « Je permettrai aux agents publics de construire de véritables parcours professionnels par la priorité donnée à la formation continue, et par la mobilité et la création d’un droit à la reconversion. »
  • Face aux mutations des emplois et au développement du numérique, développer la loi actuelle et les dispositifs ; mise en place d’« une banque des temps » et amélioration de la VAE
  • Amélioration de l’accompagnement et développement de modules de blocs de compétences
  • Les salariés bénéficieront d’un an au moins de formation durant leur vie professionnelle
  • Dialogue social individuel et collectif (quadripartisme)

Le point-clé de son programme en matière de formation porte sur un droit universel à la formation :  » Je donnerai corps à un droit universel à la formation tout au long de la vie. Cela passe par un rapprochement entre la formation continue et la formation initiale ainsi que par une meilleure prise en compte des certifications et qualifications obtenues à l’issue des formations. Les universités et écoles seront amenées à devenir les principaux acteurs de la formation continue, ce qui suppose d’investir dans l’ingénierie pédagogique et dans la promotion de cette offre nouvelle. « .

De son côté, François Fillon l’aborde dans son thème « Assurance chômage et formation professionnelle » indiquant que « La formation professionnelle ne remplit pas parfaitement son rôle d’orientation vers les secteurs porteurs ».

Deux propositions sur la formation sont à son programme :

  • « Sécuriser les parcours professionnels en permettant à chaque Français de bénéficier d’un « capital formation » qui remplacera les dispositifs existants (CPF, CIF…) et permettra de rationaliser et de débureaucratiser les fonds de la formation professionnelle, en donnant à chaque salarié et à chaque demandeur d’emploi l’opportunité de se construire une carrière et de se prémunir contre l’inactivité. »

francois-fillon-formation

  • « Faciliter le retour à l’emploi des demandeurs d’emplois, en favorisant, sur les listes de demande d’accès aux logements sociaux, les demandeurs d’emplois qui retrouveraient un emploi en dehors de leur bassin de vie. »

Ces propositions sont complétées par d’autres dans la thématique du handicap :

  • « Reconnaître aux parents et aux aidants un droit à la formation sur le handicap via le compte personnel de formation ou le congé individuel de formation et structurer une offre de formation de qualité. »
  • « Permettre à tous les demandeurs d’emplois handicapés d’accéder à une formation adaptée et en adéquation avec les besoins des territoires. ».
fillon-medef

François Fillon parle de la Formation professionnelle au MEDEF le 28 mars 2017

  • « Nous avons besoin de réformer complètement notre système de formation »
  • « L’alternance doit devenir la manière principale d’accès à l’emploi »
  • « Je veux Généraliser l’alternance et L’apprentissage »
  • « Il faut reprendre le travail de la réforme et libérer la formation professionnelle »
  • « Il faut maintenir le compte personnel de formation »
  • « je suis contre le crédit impôt formation pour les entreprises »
  • Refonte avec les partenaires sociaux des dispositifs de la formation professionnelle
  • Mettre le Français (la personne) au cœur de sa formation par la création du « capital de formation individuelle » (flexisécurité = suite d’opportunités) avec accès direct aux organismes de formation pour lui permettre de choisir sa formation
  • Débureaucratiser la formation professionnelle
  • Financement par la révision du système actuel

Dans le programme de Marine Le Pen, il faut aller jusqu’à la 107e proposition pour voir apparaître la question de la formation :

marine-le-pen-formation

  •  » Développer massivement l’alternance (contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation) dans l’artisanat, le secteur public et privé et rendre la formation professionnelle plus efficace, moins opaque et moins coûteuse. »
marine-le-pen-medef

Marine Le Pen parle de la Formation professionnelle au MEDEF le 28 mars 2017

  • « La formation professionnelle est une usine à gaz avec des acteurs trop nombreux et des fonctionnements opaques » Marine Le Pen
  • « Il faut combattre l’Inégalité d’accès à la formation» Marine Le Pen
  • « Je suis pour renforcer le compte personnel de formation » Marine Le Pen

Mélenchon, Dupont-Aignan : la formation tout juste évoquée

Pour Jean-Luc Mélenchon, la formation pour tous est évoquée dans sa thématique « Face à la régression, le progrès humain d’abord ». Il s’agit de sa 74e proposition sur 83 :

 » Refonder l’organisation de la formation professionnelle des adultes et la formation continue, et l’inclure dans le service public de l’enseignement professionnel. Elle doit d’abord profiter aux travailleurs pas ou peu qualifiés et aux chômeurs ».

  • Ateliers législatifs pour inventer un nouvel écosystème (scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans)
  • Abrogation de la loi travail et la loi ANI et vote d’une nouvelle loi
  • Grand service public de la formation :
  • Refonte et planification des filières de formation initiale
  • Modalités des stages à revoir
  • Plan d’éradication de l’illétrisme
  • Toutes les formations seront qualifiantes et permettront une revalorisation salariale
  • Dynamique de solidarité nationale et de cohérence dans la formation avec évolution du rôle des régions
  • Développement de la qualité des formations
  • Maintien du quadripartisme

Enfin Nicolas Dupont-Aignan n’aborde la formation que sous l’angle de l’enseignement supérieur, et de la formation des jeunes en voulant « doper l’apprentissage » et « mettre en oeuvre un véritable parcours de la 2e chance pour les jeunes sans qualification ».

  • Des Etats généraux de la formation dans les 6 mois et une nouvelle loi
  • Création du Commissariat aux filières d’avenir
  • Création de la « carte de sécurité professionnelle » (crédit en euros)

 Arthaud, Asselineau, Lassalle, Poutou : silence radio !

Si la répartition du travail entre tous est au cœur du programme de Nathalie Arthaud, aucune mention n’est faite de la formation. Même silence dans les candidatures de François Asselineau, de Jean Lassalle et de Philippe Poutou.

Sandrine

Spécialiste indépendante des politiques d'emploi et de formation. Ancienne chef de projet éditorial du Carif IDF puis Responsable Com' Multimédia de Défi métiers. Retrouvez-moi sur twitter @ActuFormation

You may also like...

1 Response

  1. cozin dit :

    Dans moins de 6 mois on pourrait bien ré-inventer le Droit à la formation et constater que le pays aura encore perdu 5 années avec les improvisations de « moi président »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je souhaite une formation en LANGUES ETRANGÈRES

Je souhaite une formation dans un autre domaine

Je souhaite former un groupe de personnes

NON MERCI